PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bonjour à toutes et à tous,
je vous annonce que Kalerya Entre Monde ouvre ses portes !
Je vous invite donc à nous rejoindre sur le forum à l'adresse suivante :
http://kalerya-entre-monde.forumactif.org/


Au plaisir de vous revoir mes lucioles d'amours ♥️

Aller à la page : 1, 2  Suivant
On est pas là pour être ici [PV Ryuku]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2673-la-guerre-y-a-que-ca-de-vrai-termine http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2675-fiche-technique-de-daeroth?nid=2#21282 http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Âge :
22
Messages :
50
Jewels :
43785
Date d'inscription :
13/03/2016

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Mage inconnu

Mer 16 Mar - 22:43
Mulfass, un pays froid et dangereux où la guerre sévissait depuis trop longtemps déjà. Le cœur des gens était corrompu par toute la violence et les destructions que répandaient les dirigeants des factions belligérantes. Tous les villages vivaient dans la peur d’une attaque, des remparts avaient poussé comme des champs de blés autour des fermes et dès que la nuit tombait les portes se verrouillaient prestement. Les gens des autres contrées plus paisibles pourraient assimiler ça à un pays désolé aux portes de la mort mais les habitants de Mulfass étaient de vrais durs. Même dans des conditions pareilles ils continuaient à vivre la tête haute ; les recrues affluaient toujours pour les différentes armées et chaque village brulé était reconstruis rapidement. C’était tout cela qui faisait de ce morceaux de glace situé tout au nord de la carte un pays aussi génial. Enfin c’était le point de vue de Daeroth Adramarant, mon point de vue; mes critères principaux pour classer un pays sont dans l’ordre : le nombre de bastons par jour, la qualité et la variété des alcools, ce que les femmes peuvent vous proposer et ensuite la situation géopolitique.

C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons que j’avais embarqué le mois dernier sur un bateau en direction de l’île. J’étais sur Mu à ce moment là et je venais d’y passer 6 mois consécutifs ; clairement il me fallait changer d’air et quoi mieux de passer de +40°C à l’ombre à -30°C sous le blizzard ? Rien ne vivifie mieux le corps et l’esprit je peux vous l’assurer ! Le voyage avait été long et plutôt pénible, nous n’avions rencontré aucun pirate ni pillard ; personne ne tenta de se battre avec moi et je ne trouvais aucune excuse valable pour déclencher une bagarre. Même une fois débarqué, pas le moindre voleur à tabasser. Je passais une semaine entière à écumer les tavernes du port, à me saouler tous les soirs jusqu’à m’endormir la tête dans la neige à trois pas de l’auberge mais jamais je ne pu me battre.

A l’aube du huitième jour, je me réveillais avec la gueule de bois, en plein milieu de la forêt. J’avais dormi dans la neige à un endroit depuis lequel je ne voyais même plus la ville. Je n’avais pas non plus la moindre idée de quelle direction emprunter pour retrouver la civilisation. Pour couronner le tout, je n’avais quasiment plus de vêtements : mon armure avait disparu, mes chaussures aussi, accompagnées de tous mes vêtements chaud. J’étais donc en caleçon avec un vieux haut troué et sale, perdu au milieu de la montagne gelée. Si je devais chercher les points positifs de cette situation, je pourrais simplement dire qu’au moins je n’avais pas froid mais ça c’était grâce à ma magie et c’était habituel. Je me relevais donc et parti dans une direction au hasard, me fiant à mon instinct. Ce dernier devait être un peu rouillé car j’ai du marcher au moins 6 à 7 heures d’affilée avant de finalement arriver à ce qui ressemblait à un hameau paumé dans la montagne.  Cela semblait être un petit village tranquille où aucun bâtiment n’avait brulé depuis longtemps (c’est rare en temps de guerre quand même) ; j’espérais que ses habitants seraient sympathiques. Sinon j’allais les buter de toute façon.

Quelques minutes plus tard j’atteignais les premières maisons, mais sans même les regarder je traçais ma route vers ce que j’avais repéré être une auberge. A coup de grands pas pressés je traversais donc la moitié du village pour ouvrir la porte de la taverne d’un coup sec. Je rentrais à l’intérieur avant de claquer la porte derrière moi puis balayais la salle d’un rapide coup d’œil : beaucoup de paysans qui venaient se réchauffer autour du feu, quelques types qui avaient l’air de guerrier et un gars bizarre à moitié nu avec un tatouage sur le torse. Tous me regardaient bizarrement et je m’empressais de leur rendre le regard le plus agressif possible pour leur faire baisser les yeux. Après au moins quinze seconde de joute visuelle avec l’ensemble de l’assistance je finis par en avoir marre et m’approchai du comptoir. Je m’assis sur un tabouret et gueulai bien fort :

« -Patron ! Sers moi donc une bière steuplait ! »

La personne que je venais d’apostropher était située à moins d’un mètre de moi, juste derrière le comptoir et n’avait visiblement pas apprécié de s’être fait gueuler dessus. Au lieu de me servir elle me répondit donc sèchement :

« -Vous avez de l’argent pour payer ?

-Euh… »
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Jeu 24 Mar - 19:03




J’avais l’impression d’enchaîner les journées chiantes étaient de plus en plus présente, et je n’avais personne pour passer le temps, même Ivy n’était pas là, je ne savais donc vraiment pas quoi faire, et je n'avais pas envie de reprendre une conversation sans aucun sens à propos des différents thés avec un de mes yaos.
C’est pourquoi je décidais d’aller boire un verre en ville, la plus proche se situait à quelques heures de marche depuis le Q.G, mais cela n’avait aucune importance, le temps que je passais à marcher était du temps où je ne me faisais pas chier.
Je pris donc ma veste, indiquai au sous-fifre qui s’occupait du comptoir que j’allais faire un tour pour toute la journée au minimum, avant de quitter la guilde pour ma petite ballade.

L’air extérieur était rafraîchissant, même si la température de la guilde n’était pas très élevée, je préférais de loin cet air doux et glacé des contrées de Mulfass, j’avais l’impression de retrouver une force perdue, c’était vraiment agréable.
Je réfléchissais à l’endroit où je pourrais aller boire un verre, pour passer le temps, et peut-être distribuer une droite ou deux, la dernière option m’était très agréable, cela allait vraiment égayer ma journée qui était partie pour bien me faire chier tellement elle était ennuyante.

J’arrivais enfin à destination, un petit village tout tranquille, et qui était surement celle qui connaissait le plus la guilde, vu qu’on était juste à une paire d’heures grand maximum du Q.G, du coup, les avis étaient très partagé par les habitants, entre ceux qui nous craignaient, et ceux qui sont à cent pour cent avec notre cause, ce qui était assez rigolo à observer d’ailleurs, mais j’étais quand même content que certaines personnes nous craignaient, cela voulait dire que nos actions avaient quand même un petit bouche à oreille.

Je traversais donc le village avant d’arriver dans la taverne, j’étais un habitué, car je m’y rendais souvent, du coup, j’étais bien connu du patron, qui me faisait quand même un peu le lèche couille, je ne savais pas s'il faisait ça pour satisfaire le client ou autre, mais cela m’était égal, du moment où je pouvais boire ma bière ou mon eau-de-vie, avec mes glaçons à croquer, il pouvait bien faire ce qu’il voulait de sa vie.
Je rentrais donc la taverne, affrontant les regards des personnes déjà présente, il y avait les habitués qui tenaient pas longtemps le regard, car il m’avaient déjà vu trancher un ou deux insolents qui se croyaient bien plus fort, et il y avait quelques personnes inconnu, qui devaient surement être soit des gens de passage, soit des recrues des différentes armées qui voulaient montrer leur présence dans les villages les plus reculés.

Je pris donc place à une table avant de commander ma boisson, mes glaçons et enlever ma veste. Je demandais aussi un cigare, chose qui était assez rare, mais voulait vraiment profiter de ma petite journée à rien faire, juste me bourrer la gueule, peut-être taper une paire de personnes, rentrer et dormir, cet emploi du temps était vraiment bien.
Alors que le temps se passait plutôt bien, un homme en slip était rentré de manière plutôt brutale à l’intérieur du bar, sa vision me fit rigoler un peu, on ne voyait pas des gens se balader dans le pays en slip tous les jours. Ce dernier avait l’air de vouloir affronter les gens du bar dans un jeu du regard, et vu sa carrure, les paysans n’avaient pas tenu bien longtemps, j’aimais beaucoup le jeu d’intimidation.

Je me levais et m’approchais donc de cet homme, qui avait commandé à boire, mais n’avait visiblement pas un seul sou dans son pagne, je posais mes coudes sur le bar, à côté de cet amas de stéroïdes.

« Elle est pour moi, sers-lui ce qu’il veut.
-Très bien… Ryuku-sama.
-Ce n'est pas tous les jours que je voie un bodybuilder se balader en slip au fin fond de ce pays, je ne regrette pas d’être venu aujourd’hui, j’aurais bien rigolé. Ton nom ? »


Je jouais la carte de la moquerie, mais tout en légèreté, pour ne pas le vexer de suite. Je voulais discuter un peu avec cet homme, savoir d’où il venait, qui il était. , si je me retrouvais avec un stéréotype, il n’aura aucune cervelle, et on pourra peut-être trouver de quoi s’amuser avant de rentrer.

créée par Matrona


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2673-la-guerre-y-a-que-ca-de-vrai-termine http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2675-fiche-technique-de-daeroth?nid=2#21282 http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Âge :
22
Messages :
50
Jewels :
43785
Date d'inscription :
13/03/2016

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Mage inconnu

Mar 5 Avr - 19:43
Coup de chance ! Un homme sorti de nulle part, amené par le destin prit place à côté de moi et demande au patron de mettre la bière sur son compte. Ce dernier était d’ailleurs beaucoup trop respectueux de son client, rajouter « -sama » après son prénom ça faisait bien lèche-botte. En tout cas il s’appelait Ryuku ; c’était un homme bon et généreux je peux vous l’assurer. Il m’avait offert une bière, cela prouvait qu’il est cent mille fois digne de confiance. Je saisis donc le délicieux breuvage d’une main vive et le portait à mes lèvres ; en un instant (ou trois gorgées, vous pouvez compter comme vous voulez) j’avais vidé la choppe. Je la reposais sur le comptoir en la claquant brutalement.

« -TAVERNIER ! Une autre ! Toujours sur le compte de Ryuku. J’ai bu trop vite j’ai pas senti le goût. »

Ma soif avait été étanchée mais j’aimais boire et comme j’étais aussi peu au fait des standards de politesses (en tant que tout bon barbare qui se respecte) je pensais sincèrement que Ryuku allait me rincer. Sinon je rasais la taverne de toute façon, j’en avais marre de pas me battre. Comme j’avais un peu de temps avant qu’il ne remplisse choppe (sûrement qu’il cherchait d’abord son maitre adoré du regard pour savoir s’il acceptait ou non) j’en profitais pour détailler l’individu. Il était pas très grand, même par rapport à un gars normal, du coup moi je lui mettais largement plus qu’une tête ; il était pas très épais non plus mais je ne préférais pas juger de sa force si vite, j’avais connu des nabots bien plus musclés qu’ils n’y paraissaient. Il avait un gros tatouage sur le torse, je ne comprenais pas du tout sa signification mais je m’en fichais aussi royalement. Dernier détails extrêmement important : il était à peine plus habillé que moi (quasiment nu je vous le rappelle). Dans un pays pareil cela ne pouvait signifier qu’une seule chose : une magie adéquate. J’avais beau  ne pas être une lumière, ce type était résistant comme moi au froid donc il n’y avait pas trente-six solutions.

Pui s soudain je me rappelais qu’il m’avait posé une question. C’était quoi déjà… ? Ah oui mon nom ! Il voulait savoir comment je m’appelais ! En plus je n’avais pas du tout compris l’ironie dans ses propos et je pris tout au premier degré.

« -Je m’appelle Daeroth Adramarant et je me balade en sous-vêtements parce que je me suis fais volé mes vêtements. Je me suis réveillé ce matin après une grosse cuite, j’étais seul dans la neige et habillé comme ça. Sinon j’ai beaucoup de muscles pour casser les dents des gens ; c’est leur utilité principale. »

Je venais de lui raconter ma vie sans mentir, comme le gros naïf que j’étais. Je vous avais bien dit qu’une bière offerte symbolisait le début d’une amitié longue et durable ; ponctuée de gros coups de poing dans l’estomac et de descente du coude sur les gencives. Une relation normale pour un bourrin comme moi, j’espérais juste qu’il possédait la même vision des choses. En effet, il m’intriguait le petit : il semblait être le bosse du coin vu le petit jeu du tavernier et il avait l’air un peu badass. Enfin il voulait se donner l’air badass et tu sentais ses efforts qui allaient dans la bonne direction. Il avait surement plein de choses intéressantes à raconter ; cela tuerait le temps, avant de tuer quelqu’un justement.

« -Et sinon toi tu fais quoi dans la vie ? Je veux dire genre un jour où tu vas pas te saouler au bar comme un homme quoi. Je dis pas qu’il y en a beaucoup mais ça doit exister quand même non ? Même moi j’arrive à en trouver des fois. Tiens aujourd’hui par exemple, je suis pas encore bourré la. Record battu je pense. »

J’essayais vaguement de meubler la conversation mais je n’étais pas très bon pour cela. Pour mon interlocuteur tout cela sonnait surement un peu comme du babillage mais dans le fond il y avait quelques idées (bon ok pas beaucoup). Soudain je lâchais un grand rôt bien sonore. Le gaz de la bière venait de remonter d’un coup. J’avais presque fait trembler le bar mais je gardais une tête absolument normale. Les gens autour avaient l’air choqué mais vu mon manque de savoir-vivre gigantesque, je trouvais ça normal.
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Sam 9 Avr - 1:43




Je faisais des signes pour affirmer au tavernier de mettre toutes les boissons sur mon compte, cet homme me plaisait, j’avais envie de faire plus ample connaissance.
L’histoire de l’homme me faisait rigoler, il avait réussi à se faire racketter ses fringues à Mulfass, il fallait vraiment en vouloir pour réussir à se retrouver en slip dans la forêt. Cependant, j’aimais beaucoup sa façon de penser, gros bras donc on casse des dents, je ricanais intérieurement, pensant qu’une petite joute ne pourrait pas lui faire de mal, et ainsi pouvoir me dérouiller un peu, il fallait dire que ces derniers temps, je n’avais pas beaucoup d’activités en termes de bastons.

Les bières s’enchaînaient, avant que ce Daeroth ne s’intéresse à mes activités. Je me demandais s'il me fallait jouer franc jeu ou non, en effet, ce dernier ne semblait pas être une lumière, il tapait plus dans le cliché du gros bras sans rien dans le crâne, mais je préférais ne pas trop m’avancer la dessus, peut-être, je me trompais, peut-être pas. Seul l’avenir me le dira, mais je préférais ne rien cacher, ça pouvait être encore plus rigolo.

« Je tue le temps principalement, je suis à la tête d’une petite guilde sans réelle importance avec une faible activité, du coup, je viens souvent ici boire, et de temps en temps, cassez des dents, même si je l’avoue, ces derniers temps, je commence à rouiller du fait que ça fait un moment que je n’ai pas pu frapper dans une bouche. »

Je ne racontais pas les activités de ma guilde, car je ne connaissais pas assez la personne. Cependant, je la jouais provocation sur le fait que je n'avais pas tapé sur quelqu’un depuis un petit moment, intérieurement, j’espérais qu’il allait enchérir la dessus pour pouvoir avoir une petite joute avec ce tas de muscles. Certes, je ne connaissais pas sa force, mais je voulais vérifier si le tas de muscles était bien dur, si c’était seulement une poche d’air ambulante qui était la juste pour dissuader ses adversaires.

Je finissais ma bière pour en demander d’autres, je regardais mon compère de beuverie du coin de l’œil avec un léger sourire en coin, j’espérais grandement qu’il aille dans mon sens, il avait réveillé l’envie de me battre, ce qui ne plaisait pas au tavernier sachant que je lui avais déjà quelque fois détruit le bar et quelques tables.

Soudain, Daeroth avait lâché le rot du siècle, qui surprit tout le monde dans la taverne, intérieurement, je me sentais obligé d’en faire autant.
Je me concentrais donc grandement, inspirant tout l’air que je pouvais avant de le suivre dans cette symphonie aussi grasse que sonore, qui laissait même échapper quelques filets de baves qui s’éclatèrent sur le comptoir du bar, avant de m’éclater de rire, frappant ma choppe sur le bar, réclament une autre tournée.

créée par Matrona




Mémo code couleur de Ryuku: [color=#910606]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2673-la-guerre-y-a-que-ca-de-vrai-termine http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2675-fiche-technique-de-daeroth?nid=2#21282 http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Âge :
22
Messages :
50
Jewels :
43785
Date d'inscription :
13/03/2016

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Mage inconnu

Sam 9 Avr - 14:08
Mon hôte m’offrait gracieusement toutes les tournées que je souhaitais et j’en profitais donc pour boire tout mon saoul. La bière n’était pas la meilleure qui soit mais au moins elle était bien fraiche et Ryuku buvait en même temps que moi. Rien de plus agréable que de boire avec un compagnon de beuverie, ça évite de passer pour un poivrot tout seul ! D’après ce qu’il m’avait raconté et ce que j’avais compris (facteur assez limitant),  il était chef d’une guilde mais il foutait pas grand-chose donc il passait son temps à la taverne ou à taper des gens. Quelle vie de rêve ! Je devrais peut-être devenir chef de guilde moi aussi, si c’est aussi bien que ça. Quoique, j’activais les trois neurones qu’il me restait pour me rappeler que les guildes étaient plus ou moins interdites en ce moment à Mulfass. J’avais beau me ficher de tout ce qui est politique, j’avais été suffisamment confronté à des armées séparatistes ou de la coalition pour ne pas ignorer que c’était le bordel partout.

Comment un chef d’une petite guilde qui ne faisait pas grand-chose pouvait-il se prélasser tranquillement ? Etant moi-même un mage j’avais été par de nombreuses reprises soit attaqué, soit abordés par des recruteurs des deux camps. A chaque fois je n’avais laissé qu’une montagne de cadavres derrière moi mais les types ne perdaient pas espoir et revenaient à la charge, avec de plus en plus d’hommes. Bientôt je ne pourrai plus tous les tuer et je le savais. Ma réputation auprès des deux camps était trop grande ; j’allais mourir au combat par leur main. Je le savais, j’étais certains que si je restais trop longtemps à Mulfass j’y trouverai le repos éternel après avoir bataillé comme un diable. Au contraire, en restant à Mu, je devrais être capable de survivre bien plus longtemps. Le pays n’était pas en proie à tous ces conflits et je n’y rencontrerais que de simples pillards désorganisés. Cependant, j’étais ici, à Mulfass, et ce n’était vraiment pas pour rien. A quoi servirait-il de vivre si l’on ne pouvait faire ce que l’on aime ? Et moi j’aime me battre. Même si je dois mourir au combat demain, je l’accepte volontiers et je partirai sur le champ de bataille le sourire aux lèvres, prêt à en découdre. Je ne le savais pas, ou plutôt je ne m’en souvenais pas, mais c’était là le vrai esprit des Fanalis, celui qui est inculqué à tous les membres de ma tribu. J’étais trop jeune à l’époque donc je ne me souvenais plus du courage de nos guerriers mais tous étaient prêts à mourir pour les leurs. Gravés au plus profond de mon sang, de mon âme, ils étaient là, tous ces esprits farouches et combattifs qui ne vivaient plus qu’à travers moi, le dernier des Fanalis. Je n’allais sûrement pas l’avouer à Ryuku mais tout au fond de moi battait le cœur d’un étranger de Mulfass. Néanmoins, je considérais cette vaste étendue gelée comme mon foyer, ma patrie car j’y avais passé la majorité de ma vie. Elle m’avait accueilli, m’avait forgé dans le froid et le sang. Sans elle je ne serais pas devenu le guerrier que je suis aujourd’hui. Une bête féroce, si elle est apprivoisée dès la naissance ne sera jamais aussi dangereuse qu’un fauve qui domine la jungle par la force.

Au milieu de toutes ces réflexions métaphysiques (aucune idée de ce que ça veut dire), j’avais roté. Très fort, et sans même m’en rendre compte ; de toute façon je m’en fichais. Ryuku fit de même, comme pour me répondre, et balança un rot tout aussi puissant, témoignant de toute la bière ingurgitée.

« -BWAHAHAHAHA !!! »

J’éclatais de rire et laissait résonner ma voix tonitruante dans toute l’auberge. Il en avait dans le coffre le petit gars, et mon instinct primaire me disait qu’il cachait bien plus que juste de la voix. Son odeur était spéciale, je n’arrivais pas du tout à la définir. Certes je ne possédais pas un odorat surdéveloppé mais les Fanalis avaient  hérités de ce trait légèrement bestial et percevaient mieux les odeurs que les humains. D’autres personnes que j’avais rencontré qui pouvait véritablement augmenter leur odorat (par la magie souvent) m’avaient avoué que je sentais légèrement comme un fauve. Au contraire, celui là ne sentait pas comme moi, ni comme un humain normal ; qu’était-il ?

Sans retenir mon rire, je lui donnais une grande tape dans le dos comme le ferait une grosse brute pour encourager son copain brute. Je n’y avais pas été de main morte mais le type ne bougea pas ; je ne prêtais néanmoins pas attention à ce détail car il requérait des facultés d’analyse que je ne possédais pas du tout. Je m’exclamais donc :

« -Toi t’es un vrai mon gars ! Un vrai homme, qui ne se soucie pas de tout ce qui n’est pas essentiel. Dans la vie il faut faire ce que l’on aime et pas se limiter à cause de ce que pensent les autres ; eux il faut les écraser jusqu’à ce qu’ils te respectent et arrêtent de te faire chier ! »

J’attrapais d’un coup ma choppe que le tavernier venait de remplir sur ordre de Ryuku avant de la vider cul sec. Je la serrai au creux de mes mains un instant avant de la balancer violemment au visage d’un des autres clients. Je l’avais remarqué depuis que j’étais arrivé mais le mec nous scrutait avec un air méprisant, il lâchait même parfois de petits commentaires à son camarade de tablées. Je n’arrivais pas à lire sur ses lèvres mais il avait l’air de cracher comme un gros matou à chacun des mots. Quand Ryuku et moi avions roté, j’ai senti tout de suite l’énervement dans ses gestes et son regard rempli de violence ; il allait être servit. La choppe lui arriva pile entre les deux yeux et le fit tomber en arrière sur le sol.

Je me levais de mon tabouret, qui tomba par terre et m’approchai du mec étalé sous sa table. Il essayait tant bien que mal de se relever alors qu’il était encore un peu sonné par l’impact. De ma main droite je le saisis à la gorge et le soulevais jusqu’à ma hauteur, de cette manière ses pieds ne touchaient plus le sol et il tentait désespérément de desserrer mes doigts de son cou en tapant dessus avec ses poings.

« - Ecoute-moi bien toi. La prochaine fois que tu voudras détester quelqu’un tu le feras plus discrètement, ou tu choisiras quelqu’un de plus faible que toi. Les insectes sans aucune capacité ne devraient pas avoir le droit d’ouvrir leur bouche. »

D’un geste brusque je le balançais contre le mur de l’auberge. Au moment un choc, un bruit sourd se fit entendre ; il n’était pas mort mais il devait avoir plutôt mal.
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Sam 9 Avr - 16:21




Je ne réagissais pas plus à la frappe de Daeroth, je ne savais pas s'il avait moins de muscles qu’il n’y paraissais ou si j’étais juste bien résistant, mais je pensais plus à la seconde hypothèse, un sac de muscle est forcément très fort !
Autre réaction, je me retournais au moment ou la chope était venue embrasser amoureusement la tronche d’un des clients du bar, l’impact brisa le verre sur sa gueule et me faisait énormément rire.

Je restais assis au moment ou mon compagnon de beuverie se levait pour attraper l’homme avant de l’envoyer avec tout son amour contre le mur du bar, je regardais le tavernier qui désespérait à l’idée de devoir payer encore une fois les réparations de sa taverne.
L’homme essaya de se relever tant bien que mal, mais se fût plutôt un échec total, il devait bien avoir mal en même temps le pauvre, mais bon, je rejoignais Daeroth sur point : les insectes ne devraient pas ouvrir la bouche.

Je ne bougeais pas de ma place, je réfléchissais intérieurement aux questions de la vie. J’aimais bien cet homme, était-il de ce pays ? Si oui, il me le fallait dans la guilde, il était métal, j’aimais beaucoup. Avec lui, j’étais sûr d’avoir des journées amusantes, et une ambiance bastonnante serait présente dans le Q.G, ce que j’aimais énormément rien que d’y penser.
Je pensais aussi à ce que j’allais bien pouvoir manger le soir en rentrant, j’avais envie de manger un bon morceau de viande bien saignant, voir cru, j’allais peut-être buter un ou deux sangliers sur la route, voir même un soldat, cela faisait longtemps que je n’avais pas mangé un soldat, j’allais devoir y réfléchir.

Je regardais dans mes poches voir si je n’avais pas une connerie à bouffer, mais rien de tout cela, je désespérais un peu, mais bon, la journée était bientôt finie, j’allais pouvoir bientôt manger, mais je ne pouvais pas attendre. Je demandais au tavernier de me faire un sandwich dans les plus brefs délais, je n’avais pas envie de me taper la route le ventre vide, c’était encore plus fatiguant.
Il me fallut attendre quelques minutes avant que le tavernier ne m’apporte mon superbe sandwich que je m’empressais de croquer à pleines dents, toujours perdu dans mes pensées pendant que le Daeroth faisait ses affaires avec les autres.

Le sandwich était plutôt bon, les deux tranches de pain vraiment croustillantes, le morceau de viande était limite cru et plaisait à mon palais. Par contre, je n’aimais pas vraiment le goût de la salade et des tomates, mais un sandwich n’est plus un sandwich sans ces ingrédients, cela change tout le goût et toute la texture, il paraît moins fade, moins dégueulasse.
Il ne fallait pas oublier l’ingrédient miracle, celui qui faisait toute la différence, sans lui, le sandwich n’est rien, il se place au-dessus de la salade et des tomates. Oui, je parle bien sur des tranches de fromages, qui viennent se marier avec merveille au reste, qui donne ce goût qu’aucun aliment ne peu copier, celui qui vient frapper notre âme une fois que nous avons croqué à l’intérieur.

Cependant, j’avais fini mon sandwich, j’avais envie de m’amuser, et je pensais que mon compagnon était plus chaud que jamais à cet instant. C’était le moment idéal. Je me levais et m’approchais donc du roux, le tapotant sur son épaule (qui était bien haute, il faut dire).

« Je t’aime bien, ça te dirais pas une petite baston amicale ? Si je gagne, rejoins-moi dans ma guilde, j’aime les gens comme toi, ou baston, alcool et rigolade ne font qu’un ! »

Je me retournais donc avant de sortir de la taverne, pour une baston entre slips, il fallait faire ça bien, dans le froid et la neige.

créée par Matrona




Mémo code couleur de Ryuku: [color=#910606]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2673-la-guerre-y-a-que-ca-de-vrai-termine http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2675-fiche-technique-de-daeroth?nid=2#21282 http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Âge :
22
Messages :
50
Jewels :
43785
Date d'inscription :
13/03/2016

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Mage inconnu

Sam 9 Avr - 19:16
J’étais en train de bien m’amuser quand soudain je sentis des petites tapes sur mon épaule. Je me retournais et tombais nez à nez avec Ryuku, j’écoutais ensuite ce qu’il avait à me dire. Au fur et à mesure de ses paroles un grand sourire se dessinait sur mon visage ; ce mec avait tout compris à la vie et il me proposait même un combat. Pour rien au monde je ne refuserai un combat singulier et ce type y mettais en plus beaucoup d’enjeu : si je perdais je rejoignais sa guilde. Mon sang commença à bouillonner alors que je lui emboitais le pas pour sortir de la taverne. J’allais me placer à une distance respectable de lui pour commencer le combat quand soudain une odeur vint me chatouiller les narines. Cette douce senteur venait pour sûr d’un barbecue en train de griller non loin ; alors, tous mes sens en éveils je me tortillais sur place pour essayer de repérer sa provenance. Heureusement mon odorat était affuté et mon estomac grondait. En effet, je ne m’en étais pas rendu compte mais je n’avais pas mangé depuis la veille au soir, et comme j’avais du vomir mes tripes aux alentours de 5h du matin donc actuellement j’étais complètement à jeun. Je partis en courant de mon affrontement contre Ryuku et courut vers l’origine du doux parfum. En quelques instants qui me semblèrent infiniment longs je tombais sur un vieux paysan en train de faire dorer des brochettes de viande sur un petit feu de camp improvisé. Je restais pendant de longues secondes béat devant un si beau spectacle ; la pièce de viande avait été délicatement débitée en petits morceaux, chacun avait était enfilé avec amour sur un pic de métal. Désormais ils cuisaient sur un feu doux et maitrisé et l’homme les retournait régulièrement pour que chaque côté dore de la même façon.

J’avais les larmes aux yeux et la bave aux lèvres devant une telle beauté ; j’avais les bras ballant et le regard vide. Pourtant c’était l’heure, l’heure de les manger. Ils étaient parfaitement cuits et cela se voyait. Je m’approchais alors et sans me soucier de leur propriétaire je m’emparais de deux brochettes, une dans chaque main, avant de croquer goulument dans une pièce de viande. Instantanément je poussais un petit gémissement de plaisir, le goût était sublime. Au premier contact l’extérieur est ferme et grillé juste comme il le faut mais quand les dents pénètrent cette première couche de bonheur, elles rencontrent un second espace encore plus parfait. Ici, la viande est encore tellement tendre qu’elle fond sous la langue et sa saveur inonde le palet par des aromes sublimes. J’y retrouve les fines herbes et le goût d’une petite marinade. Visiblement le cuisinier les avaient plongés quinze minute dans un petit bain rempli de miel, d’épices et de cannelle pour à la fois sucrer et adoucir. En effet, le morceau provenait visiblement d’un bison des montagnes, réputé pour avoir le muscle épais mais porteur d’un arôme puissant. Désormais il était attendri à souhait et la saveur sucrée se rependait dans la bouche.

Pris d’une faim incontrôlable j’avalais sans m’arrêter toutes les brochettes de l’homme et savourait tout ces nutriments qu’elles m’apportaient. Le délicieux jus de viande coulait le long de mon menton et aspergeait ma tunique qui se tâcha très vite de nombreuses traces brunes sombres. J’étais au paradis tellement la nourriture me transportait dans un monde de mille et une couleurs.

Repus par ce repas, je repartis par là où j’étais venu et revins voir Ryuku. J’enlevais mon habit souillé et le lançait sur le côté ; j’étais désormais uniquement en slip.

« -Désolé j’avais faim. Maintenant en garde ! »

Je me mis en position de combat, poings en avant ; j’observais ainsi mon adversaire pendant quelques instants avant de m’approcher par des bonds assez lourds et prévisibles. La vitesse n’était clairement pas ma spécialité mais cette méthode de déplacement me permettrait d’ajouter un peu de force à mes attaques. Je tentais une feinte sur le côté gauche mais en fait bondit pour attaquer sur la droite, cette stratégie n’aurait sûrement pas de succès mais je comptais bien plus sur la force de mes poings que sur mes compétences de tacticiens.

Je décochais donc une série de coups de poings avec le bras droit tout en gardant le gauche en arrière pour maintenir ma garde. Je ne savais pas quelle serait sa force et je préférais assurer mes arrières. L’intelligence n’avait rien à voir dans cette réflexion, juste mon instinct de combattant qui me guidait dans mon meilleur choix à faire.
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Sam 9 Avr - 23:54




Je restais planter comme le dernier des abrutis en voyant Daeroth détaler comme un lapin, je me demandais ce qu’il était en train de faire. Peut-être était-il parti la queue entre les jambes ? Je ne pensais pas, mon odorat avait senti une odeur de bouffe, il devait surement être parti en cette direction.

Je cherchais donc quoi faire pour passer le temps durant son absence. C’est en baissant la tête que je pue me rappeler intérieurement mon manque de virilité aux niveaux des poils. Comment j’ai pu le remarquer me demanderez-vous ? C’est très simple, j’avais en vision ces deux ronds rosâtres parfaitement alignés sur mes pectoraux, deux ronds qui devaient faire environs trois voir quatre centimètres de diamètre grand maximum, le rond était parfait, rien à dire dessus.
Au milieu de ces ronds parfaitement parfait pointaient deux mamelons, pas plus grands qu’un centimètre de diamètre et peut-être cinq millimètre de hauteurs quand ils ne pointaient pas. Toute cette partie de mon cœur était extrêmement douce et pointaient quand je m’amusais à les titiller ou quand j’avais des frissons (ce qui était extrêmement rare, il me fallait être excité ou que l’on me papouille pour cela). Cependant, il n’y avait aucun poil qui habillait cette partie de mon corps, ils n’habillaient aucune partie de mon corps pour être plus précis, j’avais la peau d’un gamin qui n’avait même pas connu l’adolescence et cela pouvait parfois se révéler difficile dans la vie de tous les jours.

Dans ma réflexion, Daeroth revenait frais comme une gazelle, le ventre plein, j’imaginais. Il s’était mis en garde avant de venir en faisant des sauts assez lourds, je me demandais bien ce qu’il allait faire avant qu’il ne m’envoie des coups-de-poing de par son poing droit, gardant sa gauche en garde.
Je me contentais d’encaisser un minimum ces coups, pour évaluer sa force, il frappait plutôt bien le bougre, mais je sentais qu’il allait devoir donner d’avantage pour pouvoir venir à bout de l’être que je suis.

J’attendais le moment pour enchaîner à mon tour des coups physiques, je sentais tout de même que dans ce domaine, il était un poil au-dessus de ma force physique, ce qui était relativement normal pour le tas de muscle qu’il était, mais j’allais user de ma magie plus tard, en dernier recours, ou pas, j’en jugerais comme bon me semble.
Le moment était là, garde en place, je commençais à envoyer de léger direct droite, gauche pour voir sa réactivité, avant d’envoyer une balayette pour le déséquilibrer un minimum, voulais d’ailleurs voir son équilibre, pour essayer de trouver une sorte de combine.

Nous échangions un petit moment des coups physique de la sorte, il se prenait surement des coups, et je m’en prenais aussi, mais quelque chose me disait qu’il était en train de faire la même chose que moi, c’est-à-dire évaluer les compétences de son adversaire.
Je reculais un peu, faisant craquer ma nuque avec un sourire aux lèvres, j’avais envie de faire les choses bien, il ne fallait pas se mentir.

« Bon dis moi coco, j’espère que tu es pas à fond, ça me ferait bien chier quand même, ça m’embêterait que tu rejoignes ma guilde aussi rapidement en fait… Si par chance, tu es mage, je t’en pris, amuse-toi, je suis difficilement cassable, tu sais.»

Je le provoquais d’un signe de la main, lui indiquant de venir me chercher, ce n'était pas un intellect, mais il allait vite comprendre, je n'en doutais pas.

créée par Matrona




Mémo code couleur de Ryuku: [color=#910606]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2673-la-guerre-y-a-que-ca-de-vrai-termine http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2675-fiche-technique-de-daeroth?nid=2#21282 http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Âge :
22
Messages :
50
Jewels :
43785
Date d'inscription :
13/03/2016

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Mage inconnu

Dim 10 Avr - 14:34
Le combat commencé par un échange de coups assez basique mais chacun des protagonistes cherchait à tester son adversaire par ce procédé. J’avais frappé avec de bons coups de poings dans la garde de mon adversaire, pas avec ma puissance maximale mais sans le ménager non plus. C’était dans mon habitude d’appliquer une stratégie simple et efficace : pilonner sur un type sur la défensive  pour briser sa protection grâce à ma force supérieure. Pendant les premiers instants cela semblait fonctionner mais rapidement je compris qu’il se contentait de parer pour jauger ma puissance. Il était clair que le bougre encaissait très bien les dégâts car il ne sembla que très peu ému par ce que je venais de lui servir. Il profita d’ailleurs de mon étonnement vis-à-vis de sa résistance pour passer à l’offensive et enchaîna une série d’attaques sur ma garde. Heureusement que j’avais gardé ma main gauche en retrait pendant tout ce temps car ses coups étaient rapides et précis, bien que manquant un peu de force par rapport aux miens. Je pus contrer le premier et eus le temps de ramener mon autre bras pour me mettre en position défensive « blindée » : les deux bras très hauts et autour du visage là où les blessures sont les plus dommageables.

Sans chercher à esquiver, je subissais son assaut et tentais d’apercevoir une ouverture dans ses mouvements. Je savais que j’étais particulièrement lent en général mais je comprenais qu’en plus mon opposant était rapide ; j’étais donc dans une situation où il allait me dominer au niveau de la mobilité. Qu’à cela ne tienne, j’avais l’habitude de ce genre de scénarios, préférant me battre comme un rocher immobile plutôt qu’en jouant au chat et à la souris avec une petite teigne rapide. Je me campais donc sur mes appuis et concentrais tout mon esprit sur ses timings d’attaques ; je comptais sur mon instinct pour me guider et me faire frapper au meilleur moment. C’est à cet instant là que Ryuku me décocha une balayette rapide. Le choc me déstabilisa légèrement mais comme j’avais choisi de me focaliser sur ma défense je bougeais très peu et regagnais très rapidement mon équilibre. Il voulait la jouer à la force contre ?! Il allait le regretter ! Ouvrant instantanément ma garde je lui décochai un violent coup de poing. En même temps, j’encaissais les siens qui pleuvaient sur la faille que j’avais laissée. L’échange fut bref mais violent ; aucun de nous deux n’avait subit de dommages importants et déjà je sentais que l’affrontement allait s’annoncer difficile.

Ryuku rompit le contact juste après et recula de quelques pas pour faire craquer sa nuque. Visiblement il commençait à peine à s’échauffer et il me narguait sans se cacher :

« -Tu vas voir si je suis un mage ! J’espère que t’as pas peur de te bruler ! Body Thermical Control ! »

Mes deux avants bras commencèrent à rougeoyer alors que leur température décuplait rapidement, la couleur s’intensifiait à vue d’œil jusqu’à atteindre un rouge-orangé semblable à un morceau de métal qui sortirait à peine du four d’une forge. Mes deux membres étaient désormais à la température critique surfacique que j’arrivais à déployer à mon niveau actuel : 600°C. N’importe qui qui entrerait en contact avec eux seraient brulés quasiment instantanément mais n’oubliais pas un détail qui m’avait choqué tout à l’heure : Ryuku se balade à moitié nu. Cela signifie que sa magie est en rapport avec la température elle aussi, ou du moins qu’elle l’immunise plus ou moins au froid et donc pourquoi pas à la chaleur aussi. Je ne le découvrirai qu’en essayant !

Je lui fonçais donc dessus sans me préoccuper d’une quelconque stratégie de déplacement jusqu’à arriver à nouveau à sa portée. Je balançais une série de coups de poings musclés sans me soucier de la défense. Cette fois-ci je misais tout sur des assauts puissants et espérais encaisser ses attaques plus faibles que les miennes plus solidement qu’il n’épongerait ce que je lui faisais déguster. L’échange dura quelques instants avant que je ne choisisse soudain de lui donner un coup de pied de toutes mes forces dans le flanc. J’espérais qu’il ne s’y attende pas car généralement les colosses comme moi utilisent peu leur pieds ; j’étais cependant un Fanalis et chez nous, toutes les parties du corps sont des armes mortelles, surtout les jambes car elles possèdent bien plus de force physique que les bras. Le coup me laissa quelque peu déséquilibré car je n’étais que sur une jambe d’appui mais je tentais le tout pour le tout et lui décochais en suivant un violent crochet du gauche réchauffé au maximum. Je priais pour qu’il ne soit pas capable de réagir trop vite entre l’impact de mon coup de pied et ma seconde attaque.
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Mar 12 Avr - 17:47




Je regardais les avant-bras de l’homme devenir rougeoyants, on aurais dit du métal chauffé. Cela m’interrogeait un peu, avait-il une magie en rapport au fer ? Où à une magie de chaleur ?
Le gros bras me balançait une série de coups-de-poing de manière lambda, j’avais l’impression. Il voulait faire mouche de manière puissante, sans même se soucier de sa défense. Il avait l’air vachement sur de lui pour le coup, un peu trop même.

Je m’étais contenté d’esquiver depuis le début, ne sachant pas ce qu’il était de sa magie, avant de me prendre un coup en pleine poire, et mon dieu que cela brûlait !
Je savais donc à quoi m’attendre maintenant, j’usais de ma magie pour geler l’endroit touché, pour apaiser la chaleur. C’était bien la première fois que je ressentais une chaleur quelconque, c’était un sentiment plutôt étrange, mais excitant, que je ne manquais pas de faire remarquer à mon adversaire.

« Pour une fois, je ressens la chaleur, merci bien l’ami. »

Je regardais les avant-bras de l’homme devenir rougeoyants, on aurais dit du métal chauffé. Et ça pourrait me faire un membre sur qui m’entraîner de temps en temps, j’avais tout à y gagner !

Alors que la joute continuait, Daeroth me balança un grand coup de pied, qui le déstabilisa au passage. J’en profitais pour enrouler mon bras autour de son mollet pour espérer le bloquer dans son attaque.
Mais en regardant mon adversaire, je remarquais qu’il allait m’envoyer un nouveau coup dans la poire, je réagissais donc rapidement en inspirant une bonne quantité d’air, envoyant mon « hoko » droit devant moi. L’attaque faisait de la fumée au contact de ses bras, mais je pensais que le reste de son corps allait être recouvert d’une bonne couche de givre.

Je relâchais la jambe de Daeroth, ricanant légèrement. J’étais de plus en plus content de ce combat, et j’espérais que mon adversaire allait être assez robuste pour se relever. J’étais chaud bouillant maintenant, il fallait finir ce combat

« Alors coco, tu aimes le froid ? M’enfin, tu te balades en slip, je dois en conclure que oui. »

Il fallait le ménager un peu plus, j’utilisais donc ma technique de vitesse, revenant à la charge avec des coups de poing, mais pas de manière à la mettre au tapis, c’était comme si je jouais avec lui, une sorte d’entraînement. Je ne voulais pas en finir maintenant, je voulais faire durer le plaisir.

créée par Matrona




Mémo code couleur de Ryuku: [color=#910606]
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant