PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bonjour à toutes et à tous,
je vous annonce que Kalerya Entre Monde ouvre ses portes !
Je vous invite donc à nous rejoindre sur le forum à l'adresse suivante :
http://kalerya-entre-monde.forumactif.org/


Au plaisir de vous revoir mes lucioles d'amours ♥

Aenarya - Mon Roman <3
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2021-i-like-you-and-you-too-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2056-fiche-technique-de-shaporo-akuma http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2062-shaporo-s-heart
Maître d'Eternal Rain
Âge :
20
Messages :
178
Jewels :
65496
Date d'inscription :
02/02/2014

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Maître d'Eternal Rain

Ven 11 Mar - 21:30
Aenarya



Prologue


Le monde est fragmenté par différentes guerres, et ce depuis le début de sa création. Plusieurs époques en furent grandement touchées, certaines plus que d'autres, mais ce monde ne prit qu'une tournure intéressante suite à l'avènement d'un épais nuage de souffres, couvrant toutes les terres ainsi que toutes les mers du globe durant quelques mois, avant de s'éclipser. Ce bouleversement amena la subite arrivée d'une nouvelle forme de puissance, la magie, ainsi que certaines capacités spéciales qui peuvent en découler. En conséquent, subvint au même moment les créatures magiques et légendaires, longtemps considérées comme de simples mythes, de simples contes à narrer aux enfants. Les humains n'étaient donc plus les seuls êtres intelligents de ce monde. Elfes, nains, orques et multiples autres races peuplaient cette planète aux côtés des Hommes. Malgré tout, le principal changement que la vie humaine avait pu percevoir n'était autre que la puissance brute de cette magie.

Celle-ci s'intégra autant dans les veines de certains élus que dans des objets qui devinrent des artefacts des plus convoités. Ceux-ci furent alors l'objet d'incessantes guerres et batailles. En outre, même lorsqu'un camp possédait ces fameux artefacts, il les utilisait pour se battre en tant qu'équipement, alors même qu'uniquement le fer des lames régnaient. L'éclosion et l'ascension de la magie eut un impact si décisif pour le monde que cette époque en connut un nom bien particulier, un nom qui pourrait aussi définir le monde en lui-même : Aenarya.


Chapitre 1 : Un monde de sang


Des flammes ardentes arpentaient la ville tout en dansant sur les corps de ses victimes. Le peuple en panique se précipita dans un piège qui les attendait à la sortie du village. L'acte de bravoure des soldats ne les conduisit que vers une mort certaine. Ils ne pouvaient lutter face aux assaillants qui se réjouissaient déjà de leur bel assaut. Hommes, femmes et même enfants furent victimes de ce massacre. Pourquoi une telle tragédie ? Personne n'en avait la moindre idée, mais sur le feu de l'action, personne ne cherchait à comprendre non plus. Quand des voleurs mal intentionnés s'allient avec un démon, on ne peut jamais prévoir ou même comprendre les actes de ce nouveau groupe.

Cela dit, étonnement, c'était ce démon qui se montrait le plus sage. Tandis que la bande d'humains et semi-humains ricanaient de leurs méfaits, le dirigeant, lui, restait stoïque, calme ou même légèrement déconcerté. Malgré son regard hautain, il parcourait l'horizon à la recherche d'une merveilleuse étoile pouvant combler le vide qui était en lui. Toutefois, il n'apercevait que des fuyards ou d'ignares manants ; aucun trésor, ni même quoi que ce soit pouvant attiser sa curiosité. Après un bref soupir, il abandonna cette pensée de trouver ce qui pourrait l'aider à compléter son être. Néanmoins, en rebroussant chemin, il put esquisser un sourire malsain. Au final, l'étoile était venue à lui. Tremblante devant l'effroyable visage de ce monstre, la magnifique demoiselle fut paralysée. Son corps ne lui répondait plus. Son corps ne lui appartenait déjà plus.

Lorsque l'assaut prit fin, on ne comptait aucun survivant. Le village fut complètement ravagé. Si les trésors et les biens furent pillés, les femmes furent violées avant d'être tuées comme tous les autres. La conséquence en fut telle que cet événement devint une légende urbaine quant au réveil du seigneur démon. Cependant, aucun règne de terreur n'était en vue. La paix prédominait encore en partie sur le monde, et peut-être même plus suite à la naissance de cette légende. Qu'en était-il donc de ce terrible leader aux allures glaciales ? Ce démon avait tout simplement disparu, laissant planer le mystère sur sa simple évocation, et sur son être à part entière.

Au fil du temps, on raconte qu'une unique personne put échapper à cette tragédie. Une humaine, d'un âge moyen, sans toute sa raison aurait survécu à cet enfer. Évidemment, peu voire personne ne la croyait. On la disait folle, dérangée… Mais aucun habitant ne s'en plaignait, et encore moins les hommes. Malgré sa faible démence, son corps restait vraiment sublime. De plus, elle exerçait le métier, si on peut le nommer ainsi, de prostitué. Cela n'avait guère l'air de la déranger d'ailleurs, à contrario de ses deux enfants. Le plus téméraire des deux lui questionnait souvent sur un unique point : « C'est comme ça qu'Alena et moi sommes nés ? » C'était l'une des rares fois où la dame semblait triste. Néanmoins, elle ne pouvait confirmer les doutes de son fils. Toujours de la même manière, elle niait ces propos d'un regard sérieux tout en giflant le jeune garçon.

Le pauvre ne cherchait pas plus loin, mais s'éloignait toujours après cela, sans laisser la moindre larme couler sur son visage, ni même montrer le moindre signe de remord. Il cherchait seulement et simplement des réponses sur la naissance de sa jumelle et de la sienne. Pourquoi était-il dans une si mauvaise situation ? Pourquoi sa sœur devait-elle subir le même sort que lui ? Pouvaient-ils un jour quitter le quartier malfamé ? Pourquoi leur mère croulait sous l'alcool avec l'argent si difficilement acquis, en couchant avec des inconnus ? Pourquoi leur mère ne voulait-elle pas parler de leur père… ? Tant de questions sans aucune réponse.

Le jeune homme, Shaporo de son nom, n'en pouvait plus. Une vie pareille n'en était pas une disait-il. En vérité, il ne se souciait pas tellement de lui, mais plutôt de sa sœur. Il ne pouvait se résoudre à la laisser dans cet état-là, dans cette situation-là. Il fallait qu'il trouve un moyen d'améliorer sa vie, quoi qu'il en coûte. Pour cela, il effectua des recherches jours et nuits avant de repérer une lueur d'espoir. Le garçon aux cheveux étrangement bleutés avait fini par trouver un moyen de s'en sortir. Par contre, cela était loin d'être sans aucun risque. Il devrait suivre la voie du guerrier pour que sa sœur puisse quitter ce merdier.

Il riait. Cette découverte le faisait rire tant elle était facile comme difficile à trouver. Il devait sacrifier sa vie actuelle pour sauver celle de sa sœur… ? C'était plus que parfait. Sans tarder, il l'amena avec lui à la garde de la ville. Cette dernière avait mystérieusement besoin d'hommes de main. Une guerre se préparait sans doute, mais personne n'en était sûr, ces informations étaient toujours secrètes. Cependant, qu'importe les enjeux, le frère d'Alena pouvait enfin, enfin avoir ce qu'il souhaitait. Ce n'était plus un simple rêve, ce n'était plus un pauvre objectif, cela arrivait vraiment ; une vie hors de la misère, pour lui, pour Alena…

Il était un peu jeune, mais avait ses propres atouts pour que la garde accepte ses propositions. En échange d'un engagement à long terme, sa sœur serait rémunérée à sa place. Il n'en fallut pas beaucoup pour que l'armée de ce Royaume soit d'accord, comme si elle manquait cruellement de soldats. Seulement, il était vrai que Shaporo était trop jeune pour l'intégrer pleinement. Son offre fut tout de même accepté, et approuvé, bien qu'il n'allait rejoindre le corps principal que deux années plus tard, une fois qu'il aurait gagné en maturité comme en expérience. Il devra tout d'abord passer une formation, un apprentissage au combat avant d'avoir le privilège de vraiment pouvoir se dire être soldat de l'armée royale.

Suite à cette courte négociation, les deux enfants furent séparés. Alena allait commencer sa nouvelle vie, une qu'elle pourrait apprécier tandis que son frère allait devenir un guerrier. Avant que le jeune homme ne parte, il reçut un présent de sa sœur. Lui qui aimait énormément la musique s'était vu offrir un ocarina confectionné des soins de la personne qui comptait le plus pour lui. Pour lui, c'était déjà son nouveau trésor. Sachant que c'était un petit prodige concernant la musique, il était sûr de maîtriser cet instrument en peu de temps et pratique. Toutefois, il n'était même pas sûr de pouvoir trouver ce temps. Il était juste sûr d'arpenter un strict chemin.

Une fois que Shaporo posa les premiers pas dans la cour du Royaume, il remarqua ne pas être le seul enfant dans les environs. Un groupe d'adolescents était accompagné d'hommes plus âgés, probablement des instructeurs. Cela dit, le jeune ne semblait pas impressionné par une telle vue. Pour lui, c'était tout à fait normal. C'en était loin d'être un quotidien difficile. En tout cas, il avait déjà vécu une vie de misère, une complète survie. Pour Shaporo, la guerre ne devait pas être si différente.

Le garçon aux cheveux bleus pénétra alors dans ses quartiers pour y déposer ses maigres affaires. Le lendemain allait être prometteur. Le jeune fit rapidement la visite des lieux avant de se reposer dans sa chambre pour y attendre ce fameux premier jour de formation, mais surtout un premier jour dans un endroit qui n'était pas submergé par la pauvreté.

Ce n'était pas l'excitation qui le réveilla par la suite, mais plutôt un sens du devoir déjà présent. Se rendant au lieu de formation, Shaporo pouvait constater un fort désagrément naître au sein de lui. La condition de vie des apprentis n'était pas des meilleurs… Et même pour lui, il trouvait cela ignoble. A vrai dire, cela ressemblait plus à de la maltraitance, à de la torture ou de l'esclavage qu'à autre chose. Cependant, il n'avait pas son mot à dire. Il n'allait pas risquer de se faire jeter de l'armée juste après y être entré. Il allait juste subir, jusqu'au changement des comportements des plus haut-gradés. Il allait leur forcer le respect.

Même si Shaporo trouvait cela injuste, il ne pouvait pas non plus aller à l'encontre de ses supérieurs. A la moindre faute, il se faisait frapper et devait recommencer l'exercice plusieurs fois. Il pouvait même être privé de repas si jamais sa performance était trop basse, ou quand l'humeur des enseignants étaient au plus bas. Bien entendu, il n'était pas le seul à subir ce traitement, ayant rejoint le groupe des nouveaux arrivants. C'était tous ceux du groupe qui subissaient. Cela n'avait pas que des inconvénients par ailleurs. Les liens tissés au sein des élèves n'en furent que plus forts. Ils partageaient tous la même expérience et devinrent rapidement amis. Seules trois personnes restaient de leur côté.

Shaporo était l'un d'eux. Il était bien trop concentré à réussir sa formation qu'il ne prenait pas le temps de s'amuser quand il le pouvait. Ses pensées étaient aussi trop absorbées par être encore plus performant afin de gravir les échelons, pour obtenir une meilleure vie, une nouvelle fois. Les deux autres avaient un sentiment similaire. Ensemble, ils étaient nommés « les flammes noires » par les autres enfants. Froids, sérieux, mais aussi prometteur avec des yeux pleins d'espoirs.

Ces derniers étaient effectivement les novices les plus performants, les plus compétents. Toutefois, même avec cela, ils étaient loin d'arriver au bout de leur apprentissage. A vrai dire, personne n'avait encore débuter à étudier les combats, ou même tout simplement comment se battre. Lors de la formation, tout ce que le groupe faisait n'était que du renforcement physique, ou même de simples taches ingrates. Notre héros avait l'impression que l'on se moquait de lui, voilà pourquoi il passait son temps libre à assimiler les bases de son propre style de combat.

Tout cela n'était pas digne d'être appelé « formation » et encore moins « apprentissage » mais c'était mieux que rien. Cela dit, il ne s'en plaignait pas. Sa vie était quand même meilleure à ce moment, tout comme celle de sa sœur. Il ne pouvait pas s'en plaindre. Il prenait sur lui tout en restant silencieux. Un jour, l'armée allait commencer à être sérieux, se disait-il.

Deux années passèrent depuis son intégration. Shaporo avait arrêté d'être aussi froid et réservé. Il avait un peu perdu l'espoir au sujet de la formation. En deux ans, il n'avait rien pu apprendre de la garde. Il restait toujours assez solitaire, mais ne prenait plus autant de temps à tenter de maîtriser un style de combat inexistant. Il ne cherchait plus à créer son propre style de combat. En revanche, le jeune avait parfaitement maîtrisé l'instrument de musique que sa sœur lui avait confectionné, l'ocarina. C'était pratiquement un maître pour en jouer.

Pourtant, même s'il s'était relâché, il était loin d'être aussi bon en tant que soldat. Il avait enfin rejoint le corps principal, comme pour les autres, mais aucun d'entre eux ne savaient se battre. Aucun d'entre eux n'avaient pu apprendre à se battre. Shaporo ne pensait pas que cela soit un véritable problème, au final. Si le Royaume avait besoin de guerriers compétents, il aurait fourni un meilleur moyen de formation que celui qu'il avait reçu. Tout le laissait penser que la paix régnait vraiment, et qu'absolument aucun danger n'était présent.

Cependant, un certain fait le perturbait toujours. Pourquoi avoir laissé autant d'enfants rejoindre l'armée si aucune guerre, ni même aucune bataille n'était en vue ? Était-ce juste pour que les soldats se détendent en frappant de faibles créatures sans défense ? Était-ce réellement juste par pur sadisme ? Ou alors, aurait-il vraiment quelque chose qui l'échappe, qui pourrait être dangereux… ? Après cette courte réflexion, il ne fit qu'affirmer un sourire en coin. Il avait tout le temps de chercher se disait-il. Il était satisfait de pouvoir aider sa sœur d'une meilleure façon.

Rapidement, un incident apparut. Ce n'était pas un petit incident… L'ampleur était d'un tout autre niveau. Il n'avait jamais rien vu de tel. Cela eut pour effet de le paralyser de peur quelques instants, avant qu'il puisse reprendre le contrôle de son corps. Toutes personnes étaient en agitation. Shaporo, lui, ne savait pas quoi faire. On ne lui avait rien enseigné sur les méthodes à suivre lorsque cela arriverait, rien. Il ne s'attendait pas à une vie tranquille, mais ne s'attendait pas non plus à ça sur les premiers mois de réelle mise en service.

« Invasion ennemie !!! Soldats, tous aux fronts ! Archers à vos postes ! Plus vite que ça !!! »

Son cœur battait la chamade. Il regarda brièvement derrière lui, un espace où fuir… Il aperçut alors le groupe auquel il était en tant qu'apprenti et commença à les rejoindre. Tous partaient en direction d'un endroit sûr. Tous. Peu à peu, il décéléra. Un pas, puis un autre… Puis un plus petit… Il baissa la tête et ferma les yeux quelques secondes. Il reprit alors son souffle. Il se dirigea alors à toute vitesse en direction du lieu du conflit.

« Si tout le monde fuit… Qui restera-t-il pour protéger les citoyens… Pour protéger… Alena… »

Il ne pouvait plus faire marche arrière. Il avait promis de faire de son mieux au sein de l'armée. Mais surtout, avec cette pensée, il ne pouvait même plus faire un pas supplémentaire vers la retraite. Il était tiré vers combat, non pas par courage, mais par amour. Il se devait d'être fort. Il ne voulait pas que sa propre sœur sache qu'il a lâchement fui le danger, dans le seul but de sauver sa vie. Il ne pouvait pas montrer cette faiblesse à sa propre sœur.

Avec ces sentiments mitigés, Shaporo atteignit le front. Ayant vu un de ses alliés se faire attaquer, il n'hésita pas à charger à l'aide de son épée. Par surprise, il put l'avoir par derrière. Toutefois, il ne put s'en réjouir. Il venait de tuer quelqu'un, pour la première fois. Même s'il était sur un champ de bataille, il ne pouvait s'empêcher de trembler à cause de ce qu'il venait de faire. Ce n'était pas que sa main qui tremblait par ailleurs, mais tout son corps. Il lâcha son arme, puis fit un pas en arrière. Sa respiration était devenue lourde. Il ne savait pas quoi faire. Le corps de l'assaillant était tombé au sol, mais un autre apparut tout de suite après. Sous la surprise, le jeune guerrier chuta sur ses fesses, tout en lâchant quelques larmes.

Il s'était surestimé. Il s'était bien trop surestimé. Il recula, poussé par l'effroi. Il s'était lui-même acculé contre un mur, mais continuait à trembler. Il ne pouvait plus rien faire, même si plus aucun ennemi était sur lui une fois qu'il s'était mis à ramper au sol. Il ne pouvait qu'observer le massacre qui se déroulait en face de lui. Il ne pouvait qu'observer la plus totale des défaites de son armée. Il fut rapidement le seul de son Royaume encore en vie sur le champ de bataille. La troupe adverse le remarqua bien assez vite, puis s'approcha vers lui, lentement. La pression était trop forte, beaucoup trop forte. Sans tarder, Shaporo ne pouvait reconnaître qu'un sombre noir autour de lui, avant de ne plus rien ressentir.


Chapitre 2 : Soumission


« Il dort encore ? C'est vraiment un soldat ? Ce n'est pas juste un gamin qui passait par là ? »

Shaporo n'était pas mort. Il pouvait le confirmer par la voix qu'il venait d'entendre, la voix qui venait de le réveiller. Il ne se rappelait pas de tout sur le coup, mais fit rapidement le point sur sa situation. Il était enchaîné, autant des jambes que des bras. Il ne pouvait que faire de faibles mouvements de têtes, apercevant alors la totalité de la pièce où il se situait. Il pouvait même confirmer que celle-ci était une bien belle cellule.

Enfin, il se demanda pour quelle raison il était à cet endroit. Il laissa alors échapper un faible bruit, alertant les deux gardes à proximité. Il venait de s'en rappeler, de cette bataille. Il avait laissé tout le monde mourir. Il avait attendu dans un coin que l'ennemi extermine ses alliés. Un faible rire de démence sortit de sa bouche. Il ne savait pas quoi penser. « Je suis en vie... » ou « C'est fini... » Au final, il en revenait à la conclusion suivante. C'était un lâche qui avait abandonné le combat. Ce n'était qu'un déserteur s'étant fait prendre par l'ennemi.

L'un des deux gardes s'approcha alors de lui. Shaporo leva les yeux dans sa direction pour y apercevoir ses cheveux blonds ainsi qu'un visage féminin. Une femme guerrière. Il ne savait pas ce qu'elle lui voulait, mais n'y faisait pas trop attention. Pour lui, sa vie était déjà finie. Si son armée avait perdu, cela signifiait que toutes ses connaissances furent soit massacrées, soit tuées. Cela comptait autant pour les autres flammes noires que pour sa sœur. Sa raison de vivre n'était plus, il n'avait aucune raison de résister, de mentir, ou même de chercher à s'enfuir.

Le jeune de seize ans avait véritablement abandonné son être. La garde tentait de soutirer des informations sur son Royaume d'origine, mais Shaporo ne pouvait lui répondre. Il n'avait aucune idée de ce qu'elle disait, ou n'avait pas la réponse à sa question. « Même pour l'ennemi, je suis inutile… Quel type inutile, hahaha… » Il commençait à sombrer de plus en plus à un point que les soldats partirent, pensant que toutes interactions avec lui étaient veines.

Toutefois, Shaporo n'allait pas mourir. L'armée adverse préféra le garder en captivité plutôt que de le tuer. Elle allait essayer de nouveau d'avoir des informations, pensant que le guerrier n'avouerait rien sans torture psychologique ou physique. Elle allait le garder plus longtemps, ne lui laissant aucun moyen de s'échapper, ou de mourir. Le Royaume voulait des réponses, et Shaporo était leur unique prisonnier.

...

---------------------------------------------------

Bon, c'est pas du tout fini hein :hap:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Page 1 sur 1