PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bonjour à toutes et à tous,
je vous annonce que Kalerya Entre Monde ouvre ses portes !
Je vous invite donc à nous rejoindre sur le forum à l'adresse suivante :
http://kalerya-entre-monde.forumactif.org/


Au plaisir de vous revoir mes lucioles d'amours ♥

Aller à la page : Précédent  1, 2
Quand fracas rime avec barbe à papa ! [PV Karia]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
22
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Sam 12 Mar - 21:03
Manifestement, cette Kiara était dotée d'un don extrêmement rare : Pouvoir communiquer avec les gosses sans se laisser emporter par l'impatience et les envies de meurtre ! Au lieu de ça, elle préférait avoir recours au chantage et user de ses charmes de gourgandine... Elle ferait une bonne mère, kéhé. A la fois honoré et vexé d'être le levier des négociations, Kagami resta là, les bras croisés, pendant que Kiara jouait de son don pour pouvoir les faire progresser dans leur quête. Il ne fallut pas longtemps pour que le gamin chapardeur comprenne qu'il allait avoir un sérieux problème sur les bras si il refusait, l'homme masqué lui adressant discrètement un signe du coupe-gorge à l'abri du regard de la jeune femme. Lorsqu'elle lui fit signe de les suivre, l'homme masqué lui répondit simplement par deux pouces levés accompagnant une ridicule pose de victoire, avant de s'engouffrer à son tour dans le dédale de ruelles dans lequel ils progressèrent dans les dix minutes qui suivirent. Au fil de leur marche, l'extravagance de Nightown laissait place à une certaine désolation qui constituait une rupture nette avec le reste des quartiers illuminés de la ville. C'était ici, à l'abri des regards, que les pauvres résidaient dans leurs bidonvilles de fortune, privés de la lumière de la ville nocturne. Lors de certains détours, Kagami avait l'inquiétante impression d'être suivi, ce qui n'aurait pas été une surprise dans ce dédale où les ombres régnaient en maître. Les quelques mendiants qui croisaient leur route dévisageaient le duo avec incrédulité, montrant qu'il ne devait pas être courant de voir de nouvelles têtes en ces lieux, et encore moins des nouvelles têtes semblant avoir les poches garnies de jewels. L'avidité caractéristique des démunis les plus désabusés se lisait sur leur visage. Mais comment leur en vouloir, surtout dans une ville comme Nightown ?

A l'issue de leur traversée de ce sinistre labyrinthe théâtre de la misère humaine, les deux mages finirent par arriver dans une sorte de cour intérieure à ciel ouvert éclairée par quelques torches improvisées et feux de camps éparpillés ci-et-là, et surtout par la voûte étoilée d'où semblaient se jeter les innombrables sources de lumière émanant du reste de la ville. Kagami balaya rapidement du regard l'endroit, lequel lui semblait familier : Des paillasses posées à même le sol qui faisaient office de lits, un tas de jewels et autres babioles clinquantes entreposé aux côtés de gros sacs de toile miteux qui constituait vraisemblablement le butin des orphelins, quelques livres en mauvais état en guise de bibliothèque, un stock d'eau et de denrées alimentaires... Et surtout cette bande de gamins qui les suivait du regard et qui représentaient par leur seule existence l'injustice de ce monde. Et pourtant, Kagami souriait sous son masque, nostalgique d'une époque où lui aussi faisait partie de ce genre de communauté, où lui aussi n'avait rien tout en ayant tout. Ils ne s'en rendaient surement pas compte, mais ces gamins, ils vivaient vraiment dans le grand luxe. Ils faisaient partie d'un tout petit monde qui n'appartenait qu'à eux, où ils étaient les seuls sur qui ils comptaient, où la solidarité, l'amitié et l'amour régnaient, où ils n'y avait aucune autorité à laquelle ils devaient répondre, et où ils avaient cette magnifique vue sur le ciel, témoignant l'impuissance du monde à soumettre une simple bande de chiards à sa réalité absurde et cruelle. Ces gamins étaient peut-être pauvres, orphelins, sans maison, sans rien du tout, mais ils pouvaient compter sur leur force acquise dans l'adversité et sur les liens qui les unissaient entre eux, c'est pourquoi l'homme masqué n'était pas surpris de les voir ainsi : Le regard déterminé et alerte pour certains, un sourire toutes dents dehors et des rires pour d'autres... Leur innocence était mise à mal par leurs conditions de vie, mais elle subsistait quand même, et s'était même muée en une incroyable volonté de vivre malgré le jeu médiocre avec lequel ils devaient composer. Voyant que Kiara semblait au contraire se sentir dépitée face à cette scène, Kagami lui ébouriffa délicatement les cheveux.

« T'inquiète pas. On est plus à plaindre qu'eux, kéhé. »

Visiblement curieux de voir deux adultes s'aventurer dans leur domaine, les gamins qui vaquaient encore à leurs occupations il y a peu se mirent également à observer les nouveaux arrivants. Kiara prit l'initiative de la parole, monopolisant pour elle la totalité de ces paires d'yeux empruntes de curiosité, mais aussi d'inquiétude. Tandis qu'elle s'adressait à eux, Kagami eut le loisir d'observer davantage les occupants du bidonville, et put remarquer de plus en plus de ces regards inquiets, voire presque... Haineux ? Les garçons les plus âgés semblaient en effet plutôt remontés... Genre, Kagami serait au moins aussi remonté si on lui piquait sa place dans la file du stand à barbes à papa sous son nez... Il n'eut pas le temps de s'interroger davantage, la jeune femme ayant dit ce qu'elle avait à dire, ce à quoi une voix répondit du centre de la place.

« Hmpf. Tout le monde en a entendu parler, du grouillot d'base au riche proprio d'casino. Ce qui vous intéresse, c'est de savoir ce qu'on sait de plus que les autres, hein ? Dans ce cas poulette, tu sais qu'avec nous, rien n'est gratuit. »

Evidemment, ce genre d'information était précieuse de nos jours, il n'allait pas la laisser filer pour leurs beaux yeux... Mais maintenant, c'était à lui de jouer ! Tandis que sa compagnonne restait en retrait, l'homme masqué s'avança pour arriver jusqu'à un empilement de caisses situé au centre de la place. Au pied de celui-ci, une petite fille d'à peine une dizaine d'années qui cachait une partie de son visage sous ses épais cheveux noirs, mais qui ne parvenait pas à dissimuler le fait qu'elle était apeurée. Au sommet trônait celui qui venait de prendre la parole : L'un des enfants les plus âgés du groupe, qui devait avoir pas loin de treize ans, et qui par sa prestance fière et son regard déterminé semblait être le leader. Étrangement, il rappelait Nakami à l'homme masqué, lequel fut encore une fois pris par une certaine nostalgie. Ils étaient non seulement semblables physiquement, arborant les mêmes cheveux noirs corbeaux et le même teint pâle, mais il y avait aussi cette façon d'inspirer les autres et de les mener et les rassembler à un si jeune âge, ce charisme inexplicable, et ce regard... Tandis que le mage noir s'approchait, le chef le fixait avec insistance, comme pour l'intimider. N'appréciant que moyennement d'être toisé de haut par un gosse, Kagami serra le poing avant de se lancer dans sa plaidoirie tout en s'efforçant de chasser Nakami de son esprit, à contrecœur.

« Kéhé, ça tombe bien, il se trouve que j'suis un gros richard ! Kyaha ! Dans le cas où z'auriez vu quelque chose de plus que les autres, bien sûr. Un p'tit quelque chose du genre mage de Fairy Tail, fufu ~ »

« Heh. Tu serais v'nu jusqu'ici si t'étais pas sûr qu'on ait quelque chose ? Kagura ici présente était en poste dans le quartier où a lieu la réunion, à l'exact moment de l'attaque des mages noirs. Il se trouve donc... Qu'elle a tout vu. »

L'homme au masque quitta le chef du regard pour recentrer son attention sur la petite fille aux cheveux noirs, la fameuse Kagura. Elle semblait toujours aussi craintive... Mais soit. Une bourse bien remplie pourrait peut-être la rassurer, et quand je dis bourse je parle bien évidemment d'une sacoche remplie d'espèces trébuchantes et pas d'autre chose, bande de gros dégueulasses. Kagami se baissa, s'accroupissant pour arriver à la hauteur de la jeune fille, avant de lâcher sa bourse en cuir devant elle. Le son des jewels qui s'entrechoquèrent durant l'impact avec le sol ne manqua pas d'attiser la convoitise de tous les enfants présents, y compris du chef, lequel semblait réfléchir à combien pouvait s'estimer le contenu de cette bourse. D'une voix plus douce et rassurante que d'habitude, il s'adressa à l'intéressée.

« Hey petite, est-ce que tu saurais quelques chose ? »

« ...N-Non monsieur... Je... Je n'ai vu personne en réchapper... Désolée... »

Kagami resta figé sur place, ce qui gênait la pauvre petite gamine qui visiblement n'appréciait pas d'être fixée par un gars louche avec un masque. Elle avait mis un petit temps pour répondre... Et lors de sa réponse, son regard était fuyant, et sa voix hésitante. Étrange. D'un ton plus sec cette fois, le mage renchérit.

« Tu me mens, n'est-ce pas ? ~ »

La réaction de Kagura ne tarda pas. Soudainement, elle se mit à blêmir et à bégayer, et ce d'autant plus lorsqu'elle vit Kagami reprendre sa bourse pour la replonger lentement dans sa poche, au grand dam du chef et des autres enfants. Il était évident qu'elle savait quelque chose, mais pourquoi refuser une telle offre dans ce cas ? Était-ce son innocence juvénile qui l'empêchait de vouloir nuire à autrui ? Ou bien y avait-il autre chose ? Soudain, Kagami comprit en repensant aux regards hargneux des autres gosses. Avant qu'il ait pu dire quelque chose, le chef de la bande bondit de sa caisse, l'air énervé, pour s'interposer entre Kagura et l'homme masqué.

« Oï, débile masqué, qu'est-ce que tu penses faire, là ? T'es venu pour une info sur un mage de Fairy Tail, et t'en as eu une : Aucun mage n'a pu s'échapper, tu cours après du vent. Malheureusement pour toi, une info est une info, et un marché est un marché. Envoie la bourse, maintenant. »

« Huh ? KYAHAHAHA ! Yare, yare, t'es un p'tit rigolo, en fait ! Attend, ne dis rien ! T'vas me dire que sinon t'vas me devoir me la prendre par la force, c'ça ? Kéhéhé ! »

« Exact, à un détail près : Pas moi. Nous. »

L'enfant sortit une dague de derrière son dos, laquelle faisait pratiquement office d'épée compte tenu de la taille du manieur. Puis, aussitôt, se furent des dizaines d'autres lames et ustensiles en tout genre qui étaient dégainés par les autres enfants. Il y en avait pour tous les goûts. La horde s'avançait, l'air menaçante, cernant les deux mages qui avaient de moins en moins d'espace pour se mouvoir. Kagami lança un regard vers le ciel : Il pourrait les tirer de là en s'envolant, comme précédemment, mais il n'aurait pas l'information tant recherchée... C'est pourquoi il opta pour un autre plan. Apparemment, les mioches n'étaient pas conscients qu'ils étaient en train de se frotter à un mage, et c'était là leur erreur !

« Tsk. Sales morveux, c'est pour ça qu'j'ai jamais pu blairer les gosses ! On dirait qu'j'vais devoir vous introduire à un nouveau concept : La putain d'pédagogie ! Première leçon : Si vous vous sentez prêt à agir comme des adultes, soyez aussi prêts à être traités comme des adultes, kéhé ! »

Le mage serra les poings. A cet instant, la meute se figea sur place, reculant même de plusieurs pas face à ce qui apparaissait désormais comme un adversaire qu'ils ne pouvaient pas combattre. Kagami était en train de relâcher sa puissance magique, qui si elle apparaissait déjà comme étant bien supérieure à la moyenne pour un mage lambda apparaissait d'autant plus comme une puissance particulièrement effrayante pour des non-mages, et à plus forte raison pour des enfants. A présent, on pouvait lire des regards de terreur sur leurs visages, étant submergés et paralysés par l'eternano qui avait pris la forme d'une aura blanche autour de l'homme masqué. Il maintint cet état jusqu'à qu'ils tombent au sol et lâchent leurs armes, une réaction normale pour des non-mages lorsqu'ils sont confrontés à la magie. Du moins, ce fut le cas pour tous, sauf pour un, qui restait debout malgré tout : Leur chef, transpirant et s'agrippant fermement à son coutelas des deux mains. Son expression était presque aussi effrayante que l'aura de Kagami, avec une détermination sans faille qui le poussait à avancer, même face à ce mur infranchissable qui se dressait face à lui. L'homme masqué lança son regard devenu rouge incandescent dans les yeux tremblants de l'enfant, ce qui n'empêcha pas ce dernier de foncer brusquement pour frapper son adversaire de sa lame apeurée. Le mage noir ne réagit pas d'un pouce, restant stoïque face à l'assaut. Au dernier moment, l'enfant s'effondra au sol après avoir lâché son arme. A présent, il était à quatre pattes devant Kagami, lequel n'avait toujours pas réagi, dans une position de supplication.

« J-J'ai eu tort, ok ? J'ai eu tort ! Alors j'vous en supplie, tuez-moi, mais laissez les autres tranquilles, pitié... Tout est de ma faute, ils m'ont suivi, alors vous en prenez pas à eux ! Je... Je suis faible. Et c'est mon erreur d'avoir pensé le contraire... Je ferai n'importe quoi, alors s'il vous plait... »

Le gamin qui paraissait si fier et si déterminé était maintenant en larmes, suppliant un adversaire qu'il avait lui-même provoqué. Relâchant sa pression magique, l'homme au masque laissa un temps de flottement avant de s'adresser à l'enfant.

« Relève-toi. »

Ce que fit l'enfant. Les yeux toujours rouges et larmoyants, il fixait intensément Kagami lorsque celui-ci commença à diriger sa main vers sa tête. Les autres enfants, qui reprenaient leurs esprits, commençaient à crier et à se précipiter vers leur chef pour le sauver, avant de se stopper dans leur course, incrédule face à la vision de l'homme masqué passant sa main dans les cheveux de leur chef comme il l'avait fait pour Kiara quelques instants plus tôt.

« Comment tu t'appelles ? »

« ...Kamui. »

« Kamui. Bien. Ecoute-moi : Ne t'agenouille plus jamais. Devant qui ce soit, compris ? Que tu sois face à un mendiant ou face à un Roi, je te l'interdis. T'as beau n'être qu'un minable gamin des rues, t'es aussi un leader. Et... Tes amis comptent sur toi, votre petit monde gravite autour de toi, que tu le veuilles ou non. Je sais, la tentation d'se laisser à la faiblesse est forte parfois, particulièrement quand on sait que tout est perdu. Mais la faiblesse est le privilège des faibles... Et tu n'es pas quelqu'un de faible. »

« Que...? »

« Rien, oublie. Kéhé ! Oï Kamui-chan, t'nous a fais une frayeur, bâtard ! T'as effrayé ma poulette, mate comme elle est toute flippée là ! Lui manque que des plumes qui lui sortent du cul, kéhé ! Donc, du coup, comment t'comptes nous dédommager, fufufufufu ? »

Le chef sécha ses larmes et redevint le gamin qu'il était lors de leur arrivée sur les lieux.

« J'vois où vous voulez en venir... Et je compte certainement pas vous filer l'information gratuitement ! Si tant est qu'elle existe... »

« J'suis certainement pas l'seul ni le preum's à penser que vous sauriez quelque chose, hein ? C'pas pour rien que vous voulez pas lâcher l'info et que vous aviez l'air si remontés, kéhé... Il s'est passé quelque chose, n'est-ce pas ? »

« ...Bon, ok. Vous êtes pas les premiers à avoir eu cette idée, ouais. Sauf que les autres se sont montrés un peu moins tendres... Un pote à nous, Frolio, s'est fait enlever pendant qu'il faisait quelques poches en ville, par une bande qui bosse pour un des gros bonnets de Nightown. C'est pas étonnant, dès qu'il est question de Fairy Tail, dans n'importe quelle ville, des gens chercheront à faire du zèle et à s'attirer les faveurs de Dark Chess... Mais il sait rien, il a rien vu ! Donc ils doivent être en train de le torturer pour qu'il crache le morceau... Ou même pour qu'il leur dise où est le QG... Cette information nous a coûté que des emmerdes, d'autres enlèvements ont failli avoir lieu et plein de gars de ce genre essayent de localiser cet endroit... Tout ça à cause d'un putain de mage de Fairy Tail qui a trouvé utile de montrer sa trogne inutile ici ! Et pour quoi ? Même pas pour se battre contre Dark Chess et libérer le monde, non, juste pour foutre la merde et s'échapper ensuite ! Alors vous voyez, on en a un peu notre claque des adultes, qu'ils soient du côté des gentils ou des méchants. »

« Hehhhh... C'est un peu dur quand même ! Kéhé ! T'inquiète, j'vais te rabibocher avec les grandes personnes ! On va t'aider mon gros, ouaip ! »

« Que... Quoi ? Sérieusement ?! »

Kagami se tourna vers Kiara pour avoir son aval. Quand elle eut donné son avis, un groupe constitué des deux mages, de Kamui et de Kagura sortit des taudis pour retourner à l'endroit où le garçon a été enlevé.

« On a déjà regardé, ils ont laissé aucune trace... C'est peine perdue de ce côté-là. »

« Kéhéhé, il y a toujours des traces ! Le tout c'est d'savoir les trouver... Et dans l'cas présent, avoir un bon nez, kyaha ! »

L'homme au masque tendit son bras, exhibant la petite gourmette argentée ornée d'une pierre bleue pendant à son poignet. L'instant d'après, dans un halo lumineux, la-dite pierre s'extirpa du bijou tandis que sa forme grandissait, se modelant pour former une silhouette quadrupède. A l'issue du processus, le flash blanc se dissipa pour laisser apparaître Shiranui le loup noir, Guardian Yao de Kagami. Dans un grognement, il s'adressa à son maître.

« Je hais cette ville. Et je te hais toi aussi pour m'y avoir invoqué, débile masqué. T'as intérêt à avoir une bonne raison. *wouf* »

« J'aime bien ce loup. »

« Grrr... Ô grand Shiranui ! Je vous invoque car les circonstances actuelles l'imposent ! Nous avons besoins de vos extraordinaires facultés- »

« Oh putain, ça fait que dix secondes et t'es déjà chiant. T'as battu ton record ! *wouf* Oh...! Bien le bonsoir, jeune et belle demoiselle, auriez-vous l'amabilité de m'informer sur la raison de notre présence ici et dans quel cadre mes compétences pourraient vous être utiles ? N'ayez pas peur de trop en demander, l'humble loup que je suis irait traquer sa proie jusqu'à l'autre bout du monde pour vos beaux yeux ~ »

L'équipe de sauvetage était complète ! Enfin, presque, si on comptait le Kagami dépité, la tête contre un mur, qui tapait mollement du poing en voyant que son pote de toujours préférait à lui une donzelle qu'il venait de rencontrer... Se sentant abandonné, il marmonnait. « Traîtres, tous des sales traîtres... ».


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2035-karia-seiko-dragneel-la-mage-solaire http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2114-fiche-technique-karia-kagami http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
♠Lumière de l'ombre♥
Âge :
24
Messages :
361
Jewels :
92560
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
♠Lumière de l'ombre♥

Mar 10 Mai - 20:11
Elle se sentait mal, peu sereine face à la situation de ses enfants. même si beaucoup était plus a plaindre, ceux de l’orphelinat Fairy tail par exemple. Ceux donc les parents étaient mages blanc. Ceux qui ne connaitront jamais cette paisible liberté. Voué à rester cacher dans un château céleste.
Les mots de l’homme masque, sa main posé sur le tête rose de la jeune femme, tout était là pour l’apaisé. Pas de raillerie dans ses paroles, pas de mauvaise blague, juste un geste réconfortant ?
La reine solaire avait du mal à en saisir le sens, mais soit, elle laisserait faire, demandant plutôt à ses enfants se qu’ils savaient où tout du moins si ils savaient quelque chose.

Mais comme partout ans le monde de l’information… On ne sait rien sans avoir quelque chose en retour. Argent ? Information de même valeur ? Elle leur en demandait beaucoup, elle le savait. Ainsi, apparu la montagne, cette société enfantine où chacun avait sa place, de la simple garde au petit chef qui se prenait déjà pour un grand.
Tout avait l’air sur, organiser, sous le ciel étoilé ils avaient la liberté et la protection de l’ombre. Karia se sentait de trop. On l’a plaignait, elle ? Combien de temps l’avait on plaint de l’absence de sa mère de son père peur présent de sa soeur absente pendant des années, du rôle de maître qu’elle avait du assumer à un si jeune âge. On la plaignait alors que sa vie avait été d’or, cachée, protégée, elle n’avait manqué de rien. C’était loin de leur vie a eux.

Soit, dans sa torpeur elle n’avait pas répondu au jeune garçon. Elle n’avait rien dit, elle n’avait rien fait. Egoïste demoiselle qui se rendait compte qu’elle ne savait rien. Kamagi avait prit les devants posant la bonne question. Celle qui fait mal et qui lui rappel le mensonge dans lequel elle s’est plongé, par protection.
Cette stupide réunion avait fait un sacré remue ménage et son évasion, sa fuite dans les rues de la ville avait laissé un sacré trouble. Autant se faire petite et fermer sa bouche ma fille. Oui, il valait mieux pour elle qu’elle se taise.
Kamagi posait les bonnes questions. Sortant une bourse sous la nez des gosses. Petit joueur, il entrait dans leur jeu pour avoir plus d’information ? Non, pour leur faire avouer, le chef était beaucoup trop sur de lui la petite pas assez, trop de chose qui laissaient à désiré.

Elle ne savait rien ? Strictement rien ? Mensonge et la tête de la gamine le montrait, petite fuyarde petite menteuse, tant de synonyme qui pouvait lui convenir. Elle avait, pourtant, simplement peur. Une panique naissait dans ses yeux.
La colère se lisait dans ceux du chef qui descendait de son pied d’estal pour beugler qu’une info était se qu’elle était. Fallait il encore qu’il y est une information. Karia peut confiante de voir tant d’hostilité s’avançait finalement de son compagnon de fortune, arrivant à sa hauteur pour entendre le gosse employer des mots et un ton menaçant.

Ce nous qui faisait unité. Qui montrait qu’ils étaient une famille. Qui montrait que là, maintenant, ils pouvaient être dangeureux. Ou pas. Que peuvent faire des enfants contre des mages ? Et l’autre qui lui lançait des piques… Elle avait juste envie de le baffer, là, maintenant, tout de suite. Et ça n’a malheureusement pas calmé les petits pauvre malheureux qui eux faisaient un alors que Karia et son acolyte se connaissait a peine.
Karia pouvait voir le brillant de l’acier, une arme pour chaque enfant.
Par automatisme, elle se plaçait dans le dos du mage couvrant ainsi ses arrières comme il couvrait les siennes. La main sur une étrange peluche qui pourrait lui apportait beaucoup d’aide si jamais elle en avait besoin.

C’était sans compter sur cette Aura, cette puissance qui venait de son étrange ami d’un soir. Comment dire ? Ce n’était pas un mage faible loin de là, peut être même plus puissant que Karia. L’expression de la louve affichait de la surprise plus qu’autre chose, habituer à ce type de déluge. Elle regarda les enfants. Puis le chef courageux jusqu’au bout. Elle écouta le speech de l’homme masqué. Un regard inquisiteur poser sur son dos.
Il titillait sa curiosité. Vraiment.
Bien qu’elle voulait le tuer. Poulette, elle lui en donnerait des poulettes. Tapant Kamagi sur la tête elle souriait doucement à Kamui. Incitant le jeune garçon a continuer et ce ne fut que colère. En soit il avait raison. Elle n’avait pas a descendre ici. Elle ne le voulait pas à la base…
Karia se sentait mal véritablement si aider ce groupe à retrouver leur ami pouvait apaiser sa peine, alors, égoïstement, elle le ferait. Elle acquiesçait donc

Ils se retrouvèrent vite avec deux enfant sur les bras, rejoignant ainsi les lieux du crime pour faire de nouvelles rechercher.
Kamagi* Plein de ressource fit apparaitre un Yao qui n’était autre que l’exact opposé d’une louve bien connu de Karia. Cela la laissait d’ailleurs sur les fesses, elle qui cherchait se Yao depuis qu’elle avait découvert Amaterasu. Le loup avait un caractère bien trempé apparement et une aversion sur son maitre se qui fit grandement rire la jeune femme avant qu’il ne s’adresse à elle de sa voix roque.

- Bonsoir Shiranui. Penses tu que ton flaire pourrait nous aider ? Nous avons besoin de retrouver un jeune garçon. La petite fille que tu vois là a de quoi t’aider. Préviens moi quand tu auras une piste.

Elle laissait alors le loup avec les deux enfants, caressant son museau avant de partir rejoindre le mage qui broyait de noir. s’appuyant contre le mur.

- Je ne te pensais pas aussi chevaleresque. Pour quelqu’un qui n’aime pas les enfants tu as agit comme un bon père.

Dit-elle sur un ton espiègle et emprunt d’une certaine ironie. Elle continuait à regarder les enfants de loin, scrutant le loup avec une curiosité refoulée. Elle avait besoin de savoir.

- Dit moi Kamagi ce Yao…Shiranoui ? Tu l’as trouvé où ?

Simple curiosité de sa part. Amaterasu l’avait bassiné pendant des jours et des jours pour qu’elle retrouvé son double, son némésis, son reflet dans le miroir. La louve avait été insistante envers la princesse solaire et celle si avait chercher se Yao pendant plusieurs semaines sous couvert de différentes missions.
Le loup cherchant toujours elle attendait sagement des réponses à ses questions.

Enfin Kagura les interpellait finalement.

- Mademoiselle & Monsieur le mage !! Le loup a trouvé quelque chose.

Souriant doucement, Karia donnait un coup d’épaule à l’homme marqué, rejoignant les enfants pour écouter les nouvelle que donnait le loup.

- C’est malheureusement léger mais je sens l’odeur de l’enfant. Je pourrais retrouver sa trace, mais ça prendra du temps.

Au grand désarroi de Karia. Ils pourrait manquer de temps justement. Surtout su Frolio était dans une situation critique. Elle ne se pardonnerait pas le mort d’un enfant. Non, elle ne le supporterait pas.
Alors d’un sourire elle soulevait Kamui pour le mettre sur le dos du loup noir de Jais, caressant son pelage.

- Nous serons trop lent si nous marchons à tes côtés. Ca nous fera gagner du temps, prend Kamui et Kamagi sur ton dos…

Le loup eu l’air perplexe en entendant le nom de son maître, regardant ce dernier avec insistance alors que Karia faisait finalement briller la pierre rouge au centre se sa bague laissant apparaitre un loup identique à Shiranui mais Blanc.
Un sourire aux lèvres alors qu’elle lui chuchotait à l’oreille de garder son nom secret, qu’elle s’appelait Kiara et pas Karia. Elle lui indiquait aussi qu’elle avait besoin de son aide et lui fit sentir le vêtement qu’avait Kagura dans les mains. Ainsi la louve se mit en piste lorsque Karia et Kagura furent sur son dos. Un sourire amusé apparu sur ses lèvres, celui ci était à l’attention de son compagnon de fortune.

Les recherches ne durèrent pas bien longtemps et les menait directement vers un immeuble abritant un parrain de la mafia de Nightown, partisan de l’empereur qu’elle chance…

- La chance… C’est l’un des immeubles privés du comte Kabun, parrain de la mafia interne à Nightown. Partisan de l’empereur.

Et ce n’est malheureusement pas un enfant de coeur.
Tournant la tête vers Kamagi en descendant du dos de la louve avec Kagura elle le regardait d’un air interrogatif.

- Et maintenant on fait quoi ? On frappe et on demande le môme ?



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Afficher la navigation