PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bonjour à toutes et à tous,
je vous annonce que Kalerya Entre Monde ouvre ses portes !
Je vous invite donc à nous rejoindre sur le forum à l'adresse suivante :
http://kalerya-entre-monde.forumactif.org/


Au plaisir de vous revoir mes lucioles d'amours ♥️

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
[Mission] Un cheveu sur la soupe ! [PV Ryuku]
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
23
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Sam 14 Nov - 16:47
Ce Ryuku légendaire qui avait de plus en plus de mal à maintenir son déni, c'était une situation succulente ! Enfin, si l'on omettait les envies de suicide provoquées par ses chants, bien entendu. Nous étions donc repartis pour un tour, une nouvelle flopée de passages où le groupe risquait l'élimination sommaire et directe. D'ailleurs, qu'allait-il leur arriver si ils échouaient ? Allaient-ils rester dans cette dimension bizarre pour toujours ? Jérôme allait-il leur botter le cul ? Il y avait trop de questions en suspens et de variables inconnues pour que Kagami se sente totalement à l'aise. D'autant plus que son deuxième passage était proche... Il avait eu de la chance le premier coup, mais ce coup de chatte allait-il perdurer ? Ryuku s'était cette fois donné sur une chanson abordant un thème qui lui tenait à cœur : L'amitié entre jeunes filles. Ouaip, ça lui collait bien à cette blondasse glaciaire, kéhé. Oï, pas la peine de me regarder comme ça ! Si il a pu trouver la suite des paroles, c'est bien qu'il a au moins une ébauche de côté tapette en lui ! Bref, l'essentiel était qu'il avait réussi à empocher une nouvelle victoire pour l'équipe, quitte à explorer une facette de lui qu'il ne devait pas prendre plaisir à exhiber. Du moins pas en public, car Dieu sait à quel genre d'activités il s'adonne en privé, le coquin ! L'homme au masque fut une nouvelle fois appelé au centre de la scène, ne manquant pas un second high five échangé avec son ami de presque toujours., pour se faire accueillir par un Nagui qui ne parvenait plus du tout à dissimuler les remontées gastriques suscitées par cet enchaînement de prestations douteuses.

« Aaaah, mon cher Kagami ! *blurp* Bon, écoute, je pense pouvoir parler au nom du public en te demandant de faire un tout petit effort au niveau des sonorités... T'es un gentil garçon, non ? Tu veux bien faire ça pour nous, dis ? »

« Bordel c'que t'es exigeant, Nagui-chan ! J't'ai sorti mes tripes sur la dernière et c'comme ça que tu m'remercies ?! C't'ingratitude ! Va falloir punir cet excès d'impolitesse, kéhé ! »

« Non, non, non, non ! C'est pas DU TOUT ce que je voulais dire ! Non, ce que je voulais dire, c'était que tu fasses un effort pour chanter fort et qu'on t'entende mieux pour qu'on puisse profiter au mieux de ta performance, évidemment ! Oh, mazette... Bref ! Voyons quels sont les prochains thèmes ! Et c'eeeeeest... Amour triangulaire ou amour solitaire ! »

« Keh, triangulaire ! Rien de tel qu'un bon gang bang de temps en temps pour se remettre d'aplomb ! Haha ! »

Une nouvelle fois, Nagui s'évada comme il put en changer de sujet puis en lançant la chanson. Sous le bruit des applaudissements du public et de l'orchestres qui commençait à jouer, Kagami put apercevoir sur l'écran géant le titre de la chanson qu'il s'apprêtait à interpréter : « Belle », de la comédie musicale Notre Dame de Paris. Keh, ils passaient vraiment que des chansons d'amour dans c't'émission ! Tentant d'imiter la voix rauque, grave et particulièrement masculine du chanteur, l'homme au masque se lança dans un chant passionné pour tenter de conquérir la foule par son charme viril.


« Belle...
C'est un mot qu'on dirait inventé pour elle...
Quand elle danse et qu'elle met son corps à jour, tel...
Un oiseau qui étend ses ailes pour s'envoler...
Alors je sens l'enfer s'ouvrir sous mes pieds !
J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane !
A quoi me sert encore de prier Notre-Dame...?
Quel !
Est celui qui lui jettera la première pierre ?!
Celui-là ne mérite pas d'être sur terre !
Ô Lucifer !
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois...
Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esméralda.

Belle...
Est-ce le diable qui s'est incarné en elle ?
Pour détourner mes yeux du Dieu éternel...?
Qui a mis dans mon être ce désir charnel ?
Pour m'empêcher de regarder vers le Ciel !
Elle porte en elle le péché originel !
La désirer fait-il de moi un criminel ?!
Celle !
Qu'on prenait pour une fille de joie, une fille de rien !
Semble soudain porter la croix du genre humain ! »


Puis vint l'instant fatidique. Dans un mix de raison et de feeling, Kagami se risqua à deviner les paroles en se basant sur la religiosité du protagoniste de la chanson.

« Ô Notre-Dame !
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois,
Pousser la porte du jardin d'Esméralda... »


S'en suivit le silence habituel suivi du bip sonore accompagné de l'écran vert. Keh, c'était facile ! Mais Kagami n'était toujours pas rassuré. Il savait que le pire était à venir, et qu'il allait surement survenir durant la prestation de Kasuki...

« Bon sang, c'était censé imiter Garou ? Vraiment ? Toutefois, on ne peut t'enlever cette victoire bien méritée, félicitations ! J'appelle maintenant Kasuki à la barre ! »

C'était mauvais, Jérôme semblait plus confiant que jamais tandis que l'espion s'avançait sur la scène. Cette fois-ci, l'espion allait interpréter « Façon Sex » de Tribal King. Bordel, c'était le genre de chanson qu'aurait voulu chanter Kagami, quel chatteux ce Kasuki ! Le début de la chanson se déroula sans incidents notables, jusqu'à que soudainement, la voix mélodieuse émanant de l'espion ne se mue progressivement en une sorte de cacophonie alternant entre notes trop aiguës et notes trop grave, à tel point qu'on aurait dit une sorte d'accordéon ou d'harmonica cassé ! Kasuki perdit sa concentration, étant manifestement gêné par la réaction la foule et surtout par la perte momentanée de sa faculté d'illusion. Kagami porta son regard vers Jérôme, qui se marrait grassement en assistant au spectacle. Ce bâtard... Il en avait bel et bien après l'espion. Dans cet état, ce dernier fut incapable de trouver la suite des paroles, ce qui le disqualifia d'office pour le dernier palier.

« Et c'est dommage ! Je pense que beaucoup de monde avait parié sur vous, mon brave Kasuki ! Mais ce sera pour la première fois, en attendant vous repartez avec le jeu de société "N'oubliez pas les paroles" pour vous amuser en famille !... Bien ! Nous avons donc notre duo qui affrontera Jérôme au troisième palier : Ryuku et Kagami ! »

Le public applaudissait mollement, visiblement pas très emballé par le duo qu'on leur présentait. Il y avait de quoi ! Kagami n'était en premier lieu pas très rassuré, mais ses craintes se dissipèrent mystérieusement à la vue du titre qu'ils allaient chanter en duo... « Entre toi et moi » de Mathieu Edward... Il n'aurait su dire pourquoi, mais il était comme attiré par ce titre, et encore plus par son interprète... Une aura étrange mais puissante s'en dégageait.




Dernière édition par Kagami le Ven 15 Jan - 8:42, édité 1 fois
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Dim 15 Nov - 5:17


«Entre toi et moi~»


Putain, c’était Kasuki qui avait foiré dans la plus grande des merdouilles, sa voix avait fait la montagne russe et il n’avait pas réussi à trouver les dernières paroles. Ceci était soit calculé par l’espion pour laisser Kaga-nii et moi-même faire le sale boulot, soit Jérôme était derrière tout ça, c’était louche, aussi louche qu’un cadavre sans les tripes à l’extérieur.

Nagui annonça le duo pour la finale, j’avais pu apercevoir une personne du public se donner la mort, et une autre se crever les tympans, on pouvait sentir à quel point mon coéquipier et moi-même assurions en chant. Mais pas le temps aux plaisanteries, l’écran s’alluma, le titre apparut.

« Entre toi et moi » une chanson d’un certain Mathieu Edward. Je ne savais pas pourquoi, mais je ressentais quelque chose émaner de ce titre, comme si cette chanson était la sainte écriture, celle qui répandait la bonne parole. Je pouvais sentir un étrange sentiment en moi, j’allais donner le meilleur de moi-même, Kagami aussi. C’était comme si nous étions transportés dans une transe indescriptible. La musique était lancée, les paroles défilaient, nous étions partis.

« Ohhhhh ouhhhhhhhhh ohhhhhhhh

-Le mal de toi c'est à un vif qu'il m'écorche
-Arrachant le pétale de ma fleur de peau
-Même si je plie sous les coups qu'tu décoches
-Sous la violence de tes moindres mots
-Ne me demande pas de devenir ton ami
-Après avoir rêvé d'amour  j'n'ai plus envie
-Si tu as tant besoin de ta liberté
-Laisse-moi la fierté de me mentir et de prier

Entre toi et moi
Je sentais que ça n'marcherait pas
Cette histoire où ...
Entre toi et moi
Je connaissais la fin dès le début
Mais je me mens… »


La musique était arrêtée, je me sentais dans un bien-être indescriptible, j’étais empli de joie et de bonté, et d’une envie de faire l’amour à toutes les femmes du monde.
Mais là n’était pas le but, on devait encore trouver les phrases manquantes. C’est alors que nos regards se croisèrent, c’était comme une évidence, comme si les mots étaient déjà dans notre tête et ne demandaient qu’à sortir et éclater au grand jour.

« As-tu conscience de tout s'que tu déclenches ?
Quand je te parle tu me tournes le dos
J't'ap...... j't'appelle, j't'appelle
Je t'en prie décroche »

Nous aurions pensé que le silence allait être au-dessus de tout, que les morts allaient se chevaucher dans la salle, mais, à la place, nous avions eu un tonnerre d’applaudissements, la foule était en délire, les culottes étaient en trin de pleuvoir sur nos têtes, des numéros de téléphone, certains parents avaient même lancé leurs petites filles pour qu’on les épouse.

Nagui arriva, face à nous, un mouchoir pour s’essuyer les yeux, il n’avait pas les mots, il bégayait, ce qui rendait ses phrases indescriptibles, avant de repartir en sanglot. Ce dernier était obligé de lancer une page de publicité pour se remettre de ses émotions, comme le public.
Durant la seconde page de pub ‘, Nagui ne venait pas nous voir, c’était encore les techniciens et maquilleuses, qui pleuraient encore et encore. Nous recevions des larmes dans tous les sens, une des maquilleuses s’était carrément mise à poil et nous demandait de la pénétrer jusqu’à ce que mort s’en suive, elle voulait mourir dans cette joie, cette tristesse à la joie, elle était remplie de toutes les émotions en même temps, avant de partir en sanglot.

C’était la reprise de l’émission, nous revenions sur le plateau avec un Nagui encore et toujours en pleur, ce dernier ne savait toujours pas quoi dire tellement l’émotion en lui était palpable.

« Mes chers… Si un jour *sniff* on m’avait dit qu’une telle émotion allait s’emparer du plateau… Je *sniff* je ne l’aurais jamais cru. Vous avez donné un spectacle merveilleux, magique, j’en pleurerais encore des jours. Je ne sais absolument pas quoi dire… Si ce n’est que j’ai joui plusieurs fois dans mon caleçon à cause de vous… »


Notre chow avait fait l’unanimité, c’était joué d’avance pour le coup, j’avais même aperçu au loin l’espion verser quelques larmes en cachette.

Mais c’est à cet instant que quelque chose d’anormal se passa, il n’y avait plus aucun bruit sur le plateau, plus personne ne bougeait, pas même Nagui, qui était comme figé dans le temps.
Je regardais Kagami et Kasuki, qui venait de se joindre à nous, quelque chose allait se passer, mon réflexe était de tourner la tête vers Jérôme.

créée par Matrona


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
23
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Ven 25 Déc - 18:50
C'était étrange. Jusque là, cette épreuve s'était révélée être un calvaire insoutenable pour Kagami, lequel n'avait pas du tout la fibre musicale, et encore plus lorsqu'il s'agissait de devoir chanter... Mais à l'annonce du duo sur le titre de ce dénommé Mathieu Edward, il se sentait comme poussé, non seulement par la volonté du cosmos, mais aussi par celle de ses ancêtres qui se déchaînaient à travers sa mémoire génétique. C'était comme si ces milliards d'années d'évolution puis de lignage n'avaient eu pour but que de mener Kagami à cet instant fatidique où il allait enfin pouvoir exprimer l’entièreté de son potentiel. Puis, la musique se lançait, paisible mais imperturbable, s'introduisant sur un air attrayant rythmé par des petites notes espiègles. Dès l'introduction, l'ambiance sur le plateau n'était plus du tout la même jusque dans le public, celui-ci étant passé d'un état d'agonie à un état de fascination presque mystique, comme si ils étaient bercés par cette mélodie qui s'offrait à eux. Mais l'heure n'était pas à la contemplation, il fallait agir. L'homme au masque se ressaisit, marquant une étreinte passionnée sur son micro, signe qu'il était sur le point de dépasser ses limites, et même celles fixées par la réalité elle-même. Ce monde était-il prêt à vivre une telle expérience ? Heh, il allait devoir faire avec, car il n'était pas question de rester bloqués dans cette dimension ennuyante.


« Ohhhhh ouhhhhhhhhh ohhhhhhhh

-Le mal de toi c'est à un vif qu'il m'écorche
-Arrachant le pétale de ma fleur de peau
-Même si je plie sous les coups qu'tu décoches
-Sous la violence de tes moindres mots
-Ne me demande pas de devenir ton ami
-Après avoir rêvé d'amour  j'n'ai plus envie
-Si tu as tant besoin de ta liberté
-Laisse-moi la fierté de me mentir et de prier

Entre toi et moi
Je sentais que ça n'marcherait pas
Cette histoire où ...
Entre toi et moi
Je connaissais la fin dès le début
Mais je me mens… »


Vous connaissez cette sensation paradoxale d'avoir déjà connu une scène tout en étant sûr que ce n'était pas le cas ? C'était exactement la situation de Ryuku et Kagami en cet instant. Cette chanson, c'était la vie. Littéralement. Elle avait cette étincelle de passion qui poussait ceux qui l'écoutaient à la rétrospection et à la recherche de leur soi intérieur. Ainsi, à mesure que les paroles sortaient de sa bouche, l'homme au masque voyait sa vie défiler devant ses yeux. Il faisait face à ses origines, les ressentait, il était en phase avec lui-même et avec l'Univers, tout en ayant la sensation d'être nu, libéré de tout fardeau. Cette chanson... Comment pouvait-elle détenir un tel pouvoir ? Il se sentait comme un prophète récitant les paroles de son Dieu à ses fidèles, comme un scientifique livrant la découverte de sa vie après des décennies de recherche, comme un pédophile criant son attirance pour le loli en publique après l'adoption d'une loi autorisant les attouchements sur mineur... Mais par dessus tout, c'était l'ambiguïté suscitée par ce chant qui la rendait unique. Durant toute la durée de la chanson, les petits regards complices s'échangeaient entre les chanteurs, ce qui créait une tension sensuelle dans la salle capable de faire s'évanouir d'excitation les groupies les plus ferventes, la culotte submergée par l'humidité. Jamais deux hommes n'avaient à ce point exploré les frontières de leur orientation sexuelle. Ce moment n'était toutefois pas encore admissible dans le panthéon des légendes, car il fallait encore trouver les paroles manquantes ! Mais cette fois-ci, contrairement aux fois précédentes, Kagami n'eut pas besoin de réfléchir : Pour lui, c'était comme une évidence, les paroles ne faisaient que couler de source.

« As-tu conscience de tout s'que tu déclenches ?
Quand je te parle tu me tournes le dos
J't'ap...... j't'appelle, j't'appelle
Je t'en prie décroche »


Silence. Durant un bref instant, Kagami eut peur de s'être trompé, face aux visage blêmes et tendus du public. Puis l'heure de la consécration arriva, amorcée par le bip et l'écran vert synonymes de victoire qui ne manquèrent pas d'entraîner aussitôt un tonnerre d'applaudissement dans la salle. Même si une partie du public n'avait su supporter l'extase et s'était évanouit un sourire béat aux lèvres, ceux qui surent rester conscients acclamaient Ryuku et Kagami d'un éloge qui venait tout droit de leurs cœurs. En à peine une minute, leur vie avait été marquée à jamais, elle n'était pas la seule : C'était ce monde tout entier qui allait garder la trace de cette prestation mythique. Pour ce qui était du monde d'origine du trio de mages, eh bien... Ce qui aurait dû constituer un tournant majeur de l'Histoire ne restera au mieux qu'une parenthèse, une rumeur, un souvenir gardé comme trésor par les rares individus qui ont eu le privilège d'y avoir assisté. Faute d'avoir marqué l'Histoire d'Acarya, cet instant restera cependant gravé dans le cœur et l'esprit des deux jeunes chanteurs pour le restant de leurs jours, et fera très certainement l'objet de pas mal de branlettes une fois rentrés chez eux. Même Kasuki qui était d'ordinaire calme et maître de ses émotions semblait submergé par la joie, c'est dire ! Tandis que toute l'équipe de sécurité était mobilisée pour empêcher les maris de débouler sur scène afin de faire sanctifier les orifices de leurs épouses par le duo ou pour leur offrir la virginité de leurs filles, les applaudissements perdurèrent pendant plusieurs minutes durant lesquelles Ryuku et Kagami ne savaient plus trop où se mettre. Ça en devenait presque flippant, bordel ! Finalement, c'est un Nagui en larmes qui décida de lancer une coupure pub pour laisser le temps à l'assemblée de se remettre de leurs émotions.

Durant ce laps de temps où ils continuèrent de recevoir les avances de moult maquilleuses et spectatrices persistantes, le trio s'était réuni, confiant, tandis que Kagami venait de se remémorer un détail de poids, dans tous les sens du terme. Il fut coupé dans sa réflexion par le show qui reprenait, introduit par Nagui qui semblait avoir perdu son filtre de parole suite à la performance. Puis, sensation étrange. Tout d'un coup, c'était comme si le monde s'était arrêté de tourner, à l'exception du trio. Le public, Nagui, l'équipe de techniciens, le bruit ambiant... Tout s'était soudainement stoppé net. Petit à petit, une atmosphère sombre s'installait, plongeant le décor dans le noir tandis que les écrans affichaient maintenant des images abstraites et grésillantes peu rassurantes. Une seule personne pouvait être responsable d'un tel phénomène... Jérôme. Ce gros tas était plus fou de rage que jamais, les veines sur son front semblaient prêtes à exploser ! Puis, son teint rouge colérique commença à se muer en une fourrure brune qui se mit à recouvrir l'ensemble de son corps en même temps qu'une flopée d'instruments et de symboles musicaux incrustés dans la créature. Son corps avait au moins triplé en volume et son visage poupon avait laissé place à une gueule dentée et cornue de cauchemar malgré ses cornes en forme de clefs de sol, un faciès de vrai démon qui inspirait la crainte et la terreur. Toutefois, il avait toujours le même bide à bière de daron.

« Petites merdes... Vous pensiez vraiment gagner si facilement ? Personne ne peut gagner contre les démons, et encore moins de misérables humains ! FINISSONS-EN, INSECTES ! ...Quand j'aurai installé la Wii. »

Keh, ils avaient touché la corde sensible visiblement, en le battant dans son propre domaine. Le démon avait sorti de sous la scène un carton blanc duquel il sortit la fameuse "Wii" customisée avec des autocollants à l'effigie d'idoles japonaises. Un putain de démon otaku, on aura vraiment tout vu ! L'installation dura plusieurs minutes, le démon galérant avec le branchement de la console à cause de ses griffes en forme de trompette, ce qui avait l'air de l'irriter à en juger par le bougonnement qu'il émettait. Une fois l'installation terminée, il se retourna vers le trio une nouvelle fois.

« Oui euh... Donc je disais... FINISSONS-EN ! HAH ! »

Le silence pesant se transforma en une ambiance limite relax tandis que le démon naviguait dans les menus avec sa Wiimote. Après leur avoir proposé si ils voulaient créer leur Mii parce que selon ses propres mots "c'est marrant", le démon lança la première musique : "Ponponpon" de Kyary Pamyu Pamyu, une chanson du diable qui venait très vraisemblablement de la fosse infernale d'où venait Jérôme. Ce fils de pute avait donc l'avantage ! Au même instant, des cases lumineuses et colorées étaient apparues sous les pieds de chaque membre du trio. A cet instant, Kagami comprit ce qui se tramait, l'air désespéré : Il allait falloir danser...

« C'est l'heure... Du J-J-J-J-J-J-J-J-J-J-Just Dance ! »




Dernière édition par Kagami le Ven 15 Jan - 8:41, édité 1 fois
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Mar 5 Jan - 23:25




On aurait dit que le monde s’était arrêté, comme si on avait mis pause sur un film. Je regardais l’arrêt sur image du public qui était encore en pleine émotion de notre prestation, des gens qui enlevaient leurs culottes, et certaines se faisant plaisir sur le fauteuil. C’était une image ma foi rigolote et plaisante à mes yeux.

Mon regard se jetait sur Jerome, qui commençait à changer de formes, laissant place à une monstruosité sans égal à la fourrure brune, et des instruments sur le corps, son ventre avait, comme son corps, triplé de volume.

Il nous parlait de choses idiotes, comme quoi on ne peut pas battre un démon, et blablabla, avant de parler d’installer une wii, je ne savais pas ce que c’était, mais si c’était aussi merdique que le nom que cela portait, on ne serait pas dans la merde.

Ce dernier galérait un peu à brancher le tout, avant de finir, nous dire que c’était fini de nous, allumant la console, nous proposant de créer un mii, ce que je fis, je voulais créer un avatar en mon image avant de mettre une branlée à cette chose venu de nulle part.
Après avoir réussi à créer mon avatar, Jérôme naviguait dans les chansons, jusqu’à arriver à cette dernière : Ponponpon. Je ne connais pas cette chanson ni même son auteur, mais on pouvait deviner que ceci allait être un défi de taille.

C’est alors que nous prenions place, tous en ligne, le menu de la chanson était lancé, l’intro aussi. Let’s dance.



Heureusement que j’aimais la danse, même si mon style était plus « street » que dans la chanson, ca me permit de monter le high score, je voyais les « excellents » défilés, les étoiles monter, je ne me préoccupais pas des autres, mais seulement de jérome, qui me tenait au point près, jusqu’à la fin de la chanson, qui affichait des ex-aequo, bien que je n’avais pas regardé le score de mes deux compagnons.

« Comment pouvez-vous ? Nous allons devoir nous départager maintenant ! c’est parti pour le round final ! Le temps pour moi de choisir une nouvelle chanson dans le menu. »

Le démon défilait une nouvelle fois dans le menu, faisant passer les chansons une par une, avant de tomber sur sa perle rare. Il disait que c’était la chanson qui l’avait fait connaitre dans le monde des démons, celle qui inspirait la peur chez ses confrères.

Il nous l’avait fait découvrir à nous aussi. Let It Go, chanson d’un soit disant Disney : la reine des neiges.

créée par Matrona


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
23
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Sam 9 Jan - 8:45
Qu'est-ce qu'il foutait là ? Non, sérieusement. L'épreuve consistant à maraver du zombie dans la joie et dans la bonne humeur c'était tranquille, et surtout bien dans les cordes de Kagami, mais ça... Cette épreuve semblait avoir été imaginée pour le faire chier. Déjà qu'il n'était pas vraiment bon chanteur, c'était probablement encore pire lorsqu'il s'agissait de danser ! Bordel, on parle du chef de la plus grande guilde noire du monde destiné à conquérir ce dernier pour le remodeler à son image, vous pensez que c'est le genre de gars à avoir le temps de s'exercer au tango pendant son temps libre ?! De leur côté, Kasuki et Ryuku semblaient confiants. Pour l'espion, ce n'était pas vraiment surprenant : On pouvait déduire de son apparence sophistiquée et de ses manières pour le moins raffinées qu'il avait reçu une certaine éducation caractéristique de la bourgeoisie mondaine, un milieu où les enfants sont entraînés à ce genre de choses. Pour Ryuku, en revanche... Bon, il n'avait certes jamais eu d'occasion propice pour qu'il exhibe ses "talents", mais quand même ! Jérôme, lui, semblait plus que confiant tandis que la musique partait. Enfin, "musique", cela relevait plus de la vomissure auditive, un dégueulis cacophonique aléatoire gagnant parfois un semblant de rythme entraînant. Même le clip reflétait ce n'importe quoi : Des images colorées totalement illogiques et abstraites, genre des yeux géants qui volent, bordel ! La chorégraphie était certainement basique pour un danseur expérimenté, mais l'homme masqué galérait manifestement, enchaînant les faux pas et les erreurs de rythme. Heureusement que c'était pas une danse en duo... Il ne mit pas longtemps avant de passer dernier au score, derrière Kazuki, puis Ryuku et Jérôme qui luttaient pour la première place. Bordel, où est-ce que ce blondinet avait appris à danser ? Pour danser aussi bien il faudrait être... Non, les rumeurs qui s'étaient propagées avant et après son départ de Dark Chess étaient donc vraies...? Ryuku serait... Homosexuel ? Il aurait quitté la guilde pour ça, pour pouvoir vivre son homosexualité sans être jugé par les autres...? Troublé, Kagami s'arrêta de danser en plein milieu de la chanson pour rester figé sur place, fixant le Dragon Slayer, l'air hagard. Ils étaient des amis de longue date, mais pourtant, cette révélation l'avait mis dans un état de choc manifeste. Bordel, ça se trouve il l'avait déjà maté en train de dormir, sous la douche et tout, voire pire ! Crade ! Préférant ôter ce genre de pensées de son esprit pour ne pas avoir à vomir et mettre un terme à l'amitié liant les deux mages, Kagami redirigea son attention vers l'écran sur lequel défilaient toujours le clip et les scores. Les places n'avaient pas changé, et à quelques secondes de la fin, Ryuku passa en tête d'un chouïa, ce qui lui octroya la victoire avec une avance d'à peine 2 points, de quoi bien mettre les nerfs à Jérôme. Tandis que le blondinet semblait fier de sa réussite, l'homme au masque lui fit une tape amicale sur l'épaule, un geste pas très courant, même inhabituel dans une relation comme la leur.

« Kéhé, t'inquiète Ryuku-chan ! Même comme ça t'es toujours mon pote ! Haha ! »

Au même instant, Jérôme n'assumait pas sa défaite. Tu m'étonnes, il avait l'air si sûr de lui pour au final se faire latter dans son propre domaine par un simple humain ! Blessé dans son orgueil, il eut l'initiative de lancer une autre chanson pour les départager. Si ce gros tas était incapable d'assumer sa défaite, cette épreuve risquait de durer longtemps... Cette fois-ci, fini les niaiseries orientales : Jérôme passa le curseur sur "Let It Go", d'une certaine Reine des Neiges s'appelant Disney... Un nom bizarre pour une reine, mais soit !


Oh bordel. En plus d'avoir un air démoniaque qui restait dans la tête quitte à te rendre fou et te niquer ta journée, c'était une danse en duo ! Kasuki se retrouvait donc avec Jérôme, lequel semblait un peu trop content de la chose, tandis que Kagami se retrouvait avec... Ryuku. Allait-il y avoir de l’ambiguïté ? Si l'homme au masque se mettait à bien danser tout d'un coup, le blondinet penserait-il qu'il s'agirait là d'une parade de séduction, qu'il chercherait à se surpasser en vertu de sentiments partagés et réciproques ? Bordel ! Puis, tandis que la chanson commençait, le Roi comprit finalement ce qui importait réellement. Gay ou pas, Ryuku était son ami. Il ne fallait pas qu'il le traite différemment juste parce qu'il aimait la bite. Non, en tant qu'ami, il se devait de le soutenir et de tout donner pour qu'il puisse être libre d'assouvir sa faim de chibres dévorante ! Si seulement il l'avait compris plus tôt, peut-être serait-il resté à Dark Chess et n'aurait pas tenu compte des rumeurs à son sujet... C'était donc aussi pour rattraper son erreur en tant qu'ami que Kagami se lança dans la danse de sa vie, en duo avec son bro amateur de sucettes à la viande de toujours ! Enchaînant les "perfect", la paire ne mit pas longtemps avant de s'imposer très largement sur le tableau des scores dès le second refrain.

« C'est... C'est impossible ! »

« Réveille-toi tablard, rien n'est impossible ! Allez Ryuku-chan, finissons-en ! »

Dans un élan passionné, les deux mages s'évertuèrent à achever leur adversaire, sur surpassant pour enchaîner les "divin", une mention surpassant le "perfect" et que même Jérôme semblait n'avoir jamais vu auparavant. Rouge de colère et dégoulinant de sueur, lui aussi se donnait à fond pour tenter de remonter, mais en vain : Ryuku et Kagami avaient déjà atteint le firmament du classement, sur une parfaite égalité, marquant Just Dance de leur empreinte à tout jamais. A l'issue de la chanson, Jérôme tomba sur le cul, littéralement. Il eut un moment de flottement, semblant ne pas réaliser que des humains aient pu le battre sur sa propre chanson. Au même moment, le trio se félicitait de leur réussite et se voyait déjà poursuivre leur chemin à travers les épreuves du labyrinthe.

« C'était... Extra ! Bon sang, j'avais peur au début, mais j'ai bien fait de partir avec vous ! Avec d'autres mages, nous n'aurions clairement pas passé cette épreuve... »

« Kyaha, c'rien du tout, Kasuki-sempai ! Il m'a juste fallu le temps d'comprendre un truc ou deux, fufu... 'Fin bref, tout ça, c'grâce à Ryuku-chan ! Reste comme t'es, bro. Ne change jamais. Kéhé ! »

Ils furent interrompus par Jérôme qui s'était relevé, plus fou de rage que jamais.

« C'est pas fini ! Vous entendez ?! C'EST PAS FINI ! Attendez qu'je retrouve les accessoires, j'vous prend tous sur Guitar Hero, bande de sales primates imberbes ! J'vais vous montrer ce qui arrive quand on s'frotte aux démons, z'allez... »

« Ça suffit. »

Il se stoppa net. Son expression de colère avait laissé place à une terreur qui déformait son visage écailleux. Le trio se retourna en direction de la provenance de la voix qui venait de derrière eux pour tomber face à Nagui. S'étant remis à bouger, il semblait différent d'auparavant... Plus sérieux, il dégageait une aura oppressante et puissante... Il n'avait rien d'humain. Non, il était quelque chose de bien plus dangereux que ça. Ses iris brillant maintenant d'un éclat jaune inquiétant, il s'approcha du trio d'un pas ample et sûr de lui. Il avait la gestuelle confiante des puissants, celle de ceux qui savent que le commun des mortels ne constitue pas une menace pour eux.

« Jérôme, à la niche. Tu as perdu, et tu as été battu par des humains, accepte-le. Quant à vous... Vous êtes surprenants. Cette épreuve existe depuis des siècles, et pourtant vous êtes les premiers à la réussir. Il faut dire que battre un démon musical à la chanson et à la danse relève de l'exploit... Avec de telles capacités, vous n'aurez aucun mal à atteindre votre but... Héhé... Je vous l'annonce donc officiellement : Vous avez remporté l'épreuve, félicitation ! Mais pas le temps pour célébrer : Il est grand temps de rentrer chez vous. »

Avant que le trio n'ait pu dire quoi que ce soit, l'animateur brandit son index au bout duquel une sphère lumineuse avait fait son apparition. Celle-ci se mit à grossir de façon exponentielle, englobant les trois mages dans un flash lumineux. L'instant d'après, ils se retrouvèrent dans le labyrinthe, à l'endroit où ils avaient trouvé la faille dimensionnelle plus tôt, comme si il ne s'était jamais rien passé et que les derniers événements n'avaient été qu'un rêve, comme si ils n'avaient fait que les imaginer. La faille avait maintenant disparu, laissant le chemin libre pour continuer leur ascension. Bon, bon, bon... Cette épreuve, c'était quelque chose ! Ne sachant que dire, les trois hommes se regardèrent les uns les autres avant de repartir, l'air hébétés. L'épreuve n'ayant pas été usante physiquement et ne les ayant pas obligé à avoir recours à la magie, ils n'étaient pas vraiment fatigués, ce qui leur permit d'enchaîner directement sur la prochaine épreuve. A l'issue de quelques minutes de marche, ils tombèrent sur un nouveau carrefour, lequel proposait des gravures illustrant : Un arrosoir, une brosse à dent, et une main arrangée en forme de pistolet comme le feraient des enfants pour jouer au cow-boy ou au policier.




Dernière édition par Kagami le Sam 9 Avr - 22:34, édité 1 fois
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Mer 13 Jan - 18:53




Cette petite partie de danse m’avait revigoré. Cependant, je sentais Kagami me regarder bizarrement… Comme si quelque chose envers moi le tracassait… Penserait-il que… Non… Il ne peut croire à cette rumeur qui m’a obligé à tuer nombre de gens à l’époque du Dark Chess ! Penserait-il que j’aime les glaces à la viande ? Alors qu’il m’a déjà vu violer des femmes avant de les bouffer ?!

Passons cette idée, Nagui lui était revenu, avant de faire un charabia, claquer des doigts et nous revoila dans le couloir de notre monde, comme si rien de tout cela ne s’était produit.
Nous reprenions donc notre route, avant d’arriver au choix habituel, qui était cette fois si un arrosoir, une brosse à dents, et des mains en forme de pistolets.

« Bon, vous êtes parti sur un coup de tête depuis le début, et on s’en est toujours sorti. Je vous fais confiance…
-Chaud pour le flingue ! Je suis sûr qu’on va éclater du cerveau ! »


Je me jetais donc en direction des mains en forme de pistolets, mais c’était cette fois-ci un long couloir noir qui nous regardait, les torches s’allumèrent au fur et à mesure que nous avancions, nous avions dû éviter quelques pièges, comme les dalles qui étaient en fait des trous, des boules de pierres et autres flèches voulant notre cœur. Des pièges basiques en somme.

Après je ne sais combien de temps de marches, nous arrivions à une grande porte en verre, on ne voyait rien de l’autre côté, le noir total, le vide absolu.

Ouverture des portes, ces dernières laissaient place à un immense hall, avec des bureaux, des gens en costumes, tous assis à des bureaux. Ils communiquaient avec des sortes d’objets qui ne ressemblaient en rien aux lacrymas, il y avait des plaques bizarres qui transmettaient des images, des tableaux avec des noms en liste, une grande fontaine au milieu.
Chaque bureau étaient séparés par une vitre en verre, tous aménagé par diverses boites à stylos et autres machines branché à des plaques de plastiques avec des boutons. On pouvait voir ce que les gens regardaient dessus. Certains faisaient ce qui ressemblait à des comptes, d’autres dessinaient, et un dernier ce… Je ne voulais pas vraiment savoir ce qu’il faisait devant sa machine et l’image de cette femme à poil.

Je regardais Kagami et l’espion avec un regard intrigué, je ne savais absolument pas ce qui allait se passer dans cet endroit. Fallait-il trouver un objet ? Trouver et tuer un intrus ? Je me posais toujours cette même question avant qu’une très belle femme en petit tailleur noir, laissant voir ses belles jambes habillées d’un collant transparent, ses cheveux joliment attachés avec une tresse et ses lunettes donnant un regard coquin à son visage de poupée, avançait vers nous d’un air rapide et légèrement angoissé.

« Vous voilà enfin ! Nous vous attendions ! Il faut faire vite ! L’ennemie prend le dessus ! »

créée par Matrona


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
23
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Jeu 14 Jan - 9:38
Comme l'avait vite escompté Kagami, le Dragon Slayer glacé ne mit pas longtemps avant de se précipiter sans réfléchir vers la troisième option : Les flingues ! Ou plutôt, les "flingues", les guillemets étant largement de mise compte tenu du fait qu'il ne s'agissait que... D'une main. Heh, avec un aperçu comme ça, il était difficile de savoir à quoi s'attendre, et l'épreuve précédente avait démontré qu'ils pouvaient vraiment s'attendre à tout dans ce dédale infernal. Avec un peu de chance, ça allait être une épreuve peinarde et reposante comme la dernière ! Suivant son compagnon dans sa course folle, ils durent une nouvelle fois faire face aux pièges classiques qui les avaient accueillis dès leur entrée dans le labyrinthe, et par classiques entendons-là clichés ! Trappes piégées, jets de flèches, précipices... Curieusement, ils n'avaient plus aucun mal à déjouer ce genre de pièges simplistes, comme si leur progression à travers ces couloirs sinueux et ces épreuves saugrenues affinait peu à peu leurs capacités... Donc, en plus de possiblement découvrir une nouvelle contrée, empocher un petit pactole et s'amuser durant les  épreuves, ils étaient en plus en train de devenir plus forts ? Bordel, cette mission c'était vraiment le pied ! A l'issue de leur ruée effrénée à travers moult pièges et détours, les trois mages finirent par arriver jusqu'à une sorte de grande porte vitrée, strictement opaque, gardant hors de vision ce qu'elle dissimulait derrière elle. Intrigant... Après un petit moment de flottement, voire d'hésitation, Ryuku et Kagami se saisirent chacun d'une poignée avant de pousser dans un geste coordonné, déterminé et swag les deux grandes portes en verre. Ce qui les attendait derrière... Et bien, ce n'était pas exactement ce à quoi ils s'attendaient ! Un amas de bureaux agencés en rangées et en bloc délimités par de grandes baies vitrées, des murs tapissés de tableaux d'affichage, de listes et de post-it, des fournitures à ne plus savoir quoi en faire... Un environnement propre, sobre et sans fantaisie, puisque visiblement accordé sur le thème du travail. Eurk. Et surtout, il y avait tous ces grands benêts en chemise, voire en costard cravate pour certains, agglutinés dans leur bureau ou bien navigant entre les rangées, lesquels étaient la source du brouhaha ambiant : Clapotements de clavier, discussions bateaux autour d'une machine à café assaillie, sonneries de téléphone énervantes et interminables, lèche-boules hypocrites vouant limite un culte à leur supérieur hiérarchique, commérages perpétrés par les quelques gonzesses présentes... Au final, on entendait même plus le son émis par la fontaine centrale, laquelle était surement là pour créer une atmosphère apaisante pour les employés ! Tous vaquaient à leurs occupations, qu'il s'agisse de zieuter d'un air béat ces étranges plaques lumineuses, tailler leurs crayons, dormir comme des sacs, ou d'autres choses pas très catholiques... Sans se soucier du trio qui venait de faire son apparition au beau milieu de ce merdier. Intrigués, les mages étaient une nouvelle fois enfermés dans un endroit étrange, la grande porte les ayant menés ici s'étant volatilisée une fois qu'ils eut fait leur entrée. Bref, tout ça c'était bien cool, mais ils étaient censés faire quoi ? Meh, la réponse allait devoir attendre, le mage masqué ayant été interrompu dans sa pensée par l'arrivée d'une gourgandine à talons dont les courbes et la tenue seraient capables de faire bander un mort, et même un gros pédé comme Ryuku visiblement, compte tenu de l'éclat contenu dans son regard en la voyant arriver vers le trio d'un pas pressé et paniqué.

« L'ennemi ? POUHAHAHAH ! Z'avez vu où on est mam'zelle ?! Quoi qu'cet ennemi soit, on en fera qu'une bouchée avec mon pote Ryuku-chan, kéhé ! »

« On parlera plus tard ! ILS ARRIVENT ! »

« Keh ! Qui ça ?! »

« LES COMPTAAAAAABLES ! »

« Oh putain de bordel de merde ! »

Suivant l'exemple de tous les autres employés qui avaient commencé à se cacher sous leur bureau ou à se mettre en couverture derrière les rangées et chaque recoin disponible, Kagami plongea aussitôt se mettre à l'abri derrière une drôle de machine qui crachait du papier suite à cette révélation. Merde, ils avaient même une épreuve impliquant ce genre de... De choses... Ces êtres vils et abjects qui compensaient leur vie merdique de cloisonnement, d'exploitation, de chiffres et de payes minables en faisant chier tout le monde... Bordel ! Kagami s'était déjà frotté à eux plusieurs fois, n'ayant pas trop le choix compte tenu des très nombreuses rentrées d'argent de la guilde et de ses investissements, et à chaque fois qu'il les confrontait pour obtenir un bilan comptable ou pour reporter des erreurs de gestion, ces raclures trouvaient toujours un moyen de le faire chier. Si il était possible de simplement se débarrasser du trésor de guilde pour pouvoir décimer ce service comptabilité l'esprit tranquille, il le ferait aussitôt ! Une fois tout le monde à couvert, un silence et une tension palpable s'installèrent dans la salle, tranchant nettement avec la cacophonie qui avait frappé le trio à son arrivée sur les lieux. Silence interrompu par les portes du fond, lesquelles furent enfoncées pour laisser entrer toute une foule de glandus à lunettes portant des gilets sans manches sur leur chemise. Ce manque de goût, cette carrure de sandwich, cette calculatrice sortant de leur poche, ces traits disgracieux, ces petits yeux rendus globuleux par leurs épaisses binocles, cet air hautain et narquois... Pas de doute possible : C'était eux. La masse informe entrée dans sa totalité se mit alors à se disperser pour former un chemin pour l'un d'entre eux, qui devait être haut placé dans la hiérarchie des comptables, lequel tenait en joue ce qui semblait être un otage. Le truc bizarre, c'est qu'il le tenait en joue avec son index. Ouais, il avait le doigt pointé sur la tempe du captif, ce qui semblait pétrifier de terreur ce dernier. Où est-ce qu'ils étaient encore tombés ?! Le preneur d'otage, de sa stature peu intimidante, prit la parole de sa voix dégueulasse d'adolescent en train de muer :

« Héhéhéhé... B-B-Bonjour à vous, service marketing ! A-Alors, on fait moins les fiers hein ?! O-On tient vot' stagiaire ! S-S-Si vous voulez qu'il reste en vie, v-v-vous savez quoi faire : D-D-D-Donnez nous cette putain de machine à café ! »

Visiblement effrayé, l'otage eut tout de même le courage d'intervenir : « Les écoutez pas, leur laissez pas la machine ! Pensez à comment le boulot sera encore plus chiant sans elle ! Vous inquiétez pas pour moi ! »

« Ouais, plutôt mourir que de vous la laisser, il va falloir trouver mieux que ça ! »

« Oh, ok. »

Tout ça pour une machine à café ? Ces bâtards avaient le sens des priorités ! Kagami était là, derrière son imprimante, à écouter ce qu'il se passait. Il avait bien observé la situation, et celle-ci ne lui rappelait que trop les revendications des comptables du Dark Chess, lesquels finissaient toujours par avoir le dessus, étant conscients de leur importance au sein d'une entreprise. Ces comptables n'étaient pas différents. Grinçant des dents, l'homme au masque ne pouvait pas laisser se reproduire ce genre d'injustice ! Il se devait de bien agir envers ses comptables à lui, mais pas envers ceux des autres boites ! Il se leva alors, quittant sa cachette pour faire face au leader comptable et à ses sous-fifres.

« B-Bordel t'es qui toi ?! T-T-Tu vois pas qu'j'ai un otage là ?! F-Fais pas l'malin ! »

« Kéhé... J'suis venu discuter mon gros, calmos ! J'ai bien écouté vos nobles revendications, fufu... Et j'suis venu discuter des termes pour vous céder la machine à café ! »

« ...Quoi ?! Traître ! »

« Ta gueule, femme ! Bref... La vie sauve d'un otage c'est classique et c'bien joli, sauf que dans le cas présent, c'est loin de valoir la machine, kéhé ! Après tout, vot' type là, c'est qu'un stagiaire ! Kyaha ! »

« ...Tuez-moi qu'on en finisse... »

« L-La ferme, toi aussi ! Héhéhéhé... J-J-Je t'aime bien, homme masqué. D-D-Donc, qu'est-ce que tu veux de plus pour qu'on ait cette putain de machine Senseo Original HD 7817 ? »

« Ta vie. »

« Qu... Sblargh ! »

D'un geste vif, Kagami avait pointé son index vers le ravisseur, visant son front avant de faire le bruitage d'un pistolet avec sa bouche : Pew. Comme s'il avait été touché par une vraie balle, le comptable mima le bruit d'un crâne explosant tandis qu'il se projetait en arrière pour finalement tomber au sol, inerte, face à une foule de nerds incrédules qui ne semblaient pas habitués à ce qu'on leur tienne tête. L'instant d'après, l'otage avait pris la fuite pour rejoindre ses camarades cachés derrière les bureaux. Kagami lui, faisait face à une foule qui venait à peine de réaliser ce qui venait de se passer et qui n'allait surement pas tarder à réclamer vengeance.

« SERGENT, NON !... Ils ont buté le sergent, espèces d'enfoirés ! »

Mais il était trop tard. En marche arrière pour retourner se mettre à couvert, l'homme masqué avait dégainé ses deux mains-pistolets et canardait les comptables sans aucune pitié tout en reculant. Pew pew pew ! Bons joueurs, ceux qui étaient en première ligne mimaient le fait d'être criblés de balle, jusqu'à que l'un d'eux, situé à l'arrière, ne sorte un lance-roquette qui allait de paire avec son air déterminé. Pour esquiver la déflagration invisible, Kagami bondit sur le côté, toujours en mitraillant pour emporter quelques comptables de plus au passage. Après ce saut magistral et tellement classe qu'on aurait dit qu'il l'avait exécuté au ralenti, il atterrit derrière une rangée de bureaux aux côtés de Ryuku, Kasuki, et de la jeune femme au tailleur probablement en train de mouiller sa culotte face à un enchaînement d'actions si classes, et dont le badge laissait signifier qu'elle portait le doux prénom de "Fiona". A cet instant, c'est toute la salle qui s'était mise à participer autour d'eux pour former une fusillade de grande échelle rythmée par les « Pew, pew, pew ! », « Kaboum ! » et autres « Pshiiiit » émis par les "combattants". Et face à l'afflux de provocations hurlées type « A la compta' c'est toutes des putes ! », on pouvait en être certains : L'ultime bataille entre le service marketing et le service compta' venait de commencer !

« Bordel. Cette épreuve est trop classe, kyahahaha ! On va dézinguer du comptable, Ryuku-chan ! »

« Ne criez pas victoire trop vite... Le type que vous avez eu, ce n'était que le second... Il reste encore le chef. Le comptable le plus terrifiant que le monde ait connu... Le redoutable Shamero... »


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Jeu 14 Jan - 18:44




Je n’avais strictement aucune idée de l’épreuve qui nous attendait, mais cette personne qui était là, avec cet homme qu’il tenait par le cou et sa main posée sur sa tête, comme si il imitait un pistolet me faisait rigoler avant que la jeune femme me tirât derrière un bureau. Le nom de « Fiona » marqué sur un badge devait surement être le prénom de cette douce fleur.

Je voyais Kaga-nii avancer, taper un spitch à l’homme avant de faire comme ce dernier, en imitant le bruit d’un pistolet. L’homme se jetait en arrière comme si une vraie balle avait touché son crâne. Kagami revenait à nous, l’air tout content après son petit spectacle.

« Bordel. Cette épreuve est trop classe, kyahahaha ! On va dézinguer du comptable, Ryuku-chan !
- Ne criez pas victoire trop vite... Le type que vous avez eu, ce n'était que le second... Il reste encore le chef. Le comptable le plus terrifiant que le monde ait connu... Le redoutable Shamero... »


Il fallait donc aller jusqu’au quartier des comptables, cet étage était déjà plein d’ennemies. Prenant notre courage à deux mains, je mis à mon tour les mains en forme de pistolet et parti du bureau où nous étions, à la vue de chaque comptable, je fis des gestes comme si je tirais, suivi du petit « pew » pour faire le bruitage, voyant les gens tomber les uns après les autres, comme si je les tuais vraiment.

Ce petit jeu commençait à vraiment me plaire, et ce sentiment devait être partagé avec mon ami Kagami. Nous avancions, d’un pas rapide et déterminé, faisant tomber cette bande de nerds les uns après les autres, jusqu’à arriver devant un ascenseur. Appuyant sur le bouton d’appel, nous nous postions chacun d’un côté des portes, comme si nous étions sûrs que des comptables allaient être à l’intérieur, c’était une évidence.

Une fois ce dernier arrivé, les portes s’ouvraient, laissant passer deux hommes en costard cravate. Faisant comme si je sortais un couteau de ma ceinture, je pris le premier par le cou, posant mon poing sur sa tête comme si mon couteau s’enfonçait dans son crâne, laissant ce dernier tomber dans un râle d’étouffement.

Montant dans cette cage de métal, Fiona appuya sur le bouton qui devait sans doute être l’étage ou le QG des comptables était, le royaume de Shamero en quelque sorte.
Les secondes et les minutes passaient… Il était vraiment haut cet immeuble ! Mais une petite secousse indiquait que nous étions arrivés à destination.

Nous postant chacun d’un côté de la porte, ces dernières s’ouvrèrent et laissaient place à une multitude de « pew pew pew » avant que ces derniers se rendent compte qu’il était vide.
Dans un petit cri, je lançais une vague de « pew pew pew pew » tout en m’avançant, jusqu’à arriver dans un premier bureau où je fis comme si je trouvais une mitraillette, mimant un geste montrant que je jetais mes flingues, armant la mitraillette invisible, et tirant en tournant sur moi-même, tout en criant des « ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta » et en regardant les gens tomber comme des mouches, tout en ayant confiance en Kaga-nii.

Une fois la zone nettoyée, nous regardions ces bureaux pour avoir une idée du lieu. L’endroit était tout de même un peu plus jovial que l’étage du dessous, il y avait des figurines de divers personnages de mangas féminins, de fond d’écran et de posters de femmes à poils, comme s'ils faisaient partie d’une catégorie d’homme fantasmant sur les femmes. Toute cette décoration ne rappelait étrangement Jérôme.

D’un coup, un « pew » retenti de nulle part. Me retournant, je vis Fiona regarder avec de gros yeux, avant de se mettre à genoux et tomber au sol. Me précipitant à elle, je la pris par la nuque, pour maintenir sa tête.

« Reste avec nous ! Tu ne vas pas mourir soldat ! Ton heure n’est pas arrivée !
- J… Je suis… Désolé… J’ai… Manqué à ma… Mission…
-Ne parle plus ! Nous allons trouver une trousse de secours ! Reste avec nous !
-Battez… Vous et… Gagnez… Pour… Notre… Honneur… »


C’est alors que la charmante dame déposa un petit baisé avant de s’éteindre et gagner un monde meilleur. Dans un « NOOOOOOOOOON » plein de tristesse, je jetais un œil avant de voir ce comptable dans son costume bleu, ses lunettes de la marque « Harry Potter » et sa cravate marquée « Seigneur des Anneaux ».
Fronçant les sourcils, je mitraillais l’homme dans une multitude de « ta-ta-ta-ta-ta » tout en m’avançant, avant de m’asseoir sur lui, sortant mon faux couteau et commençant à le poignarder, la bouche de l’homme imitant des « splotch »

« Tu as tué le soldat Fiona ! Tu l’as tué !!! »

Une fois mes ardeurs calmées, je rejoignais Kaga-nii, armant ma fausse mitraillette, prêt à en découdre avec toute cette bande de nerds.

créée par Matrona


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2093-la-genese-du-grand-kagami-lvl-22-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t1622-termine-fiche-technique-de-l-homme-masque
» Blood & Chocolate «
Âge :
23
Messages :
246
Jewels :
54011
Date d'inscription :
28/07/2013

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
» Blood & Chocolate «

Ven 15 Jan - 8:39
Quelle baston bordel ! Bien plus intense que celles opposant des mages ! Visiblement autant entraîné que Kagami dans l'action, Ryuku commença à se frayer un chemin parmi les hordes de binoclards boutonneux. Il avait opté pour un duo de flingues basiques, tandis que l'homme au masque couvrait ses arrières en balançant des tomahawks sur les ennemis situés à l'arrière pour leur fendre le crâne proprement. La combinaison marchait : La fureur meurtrière et brutale du Dragon Slayer glacé couplée à la précision chirurgicale et implacable du Roi de l’Échiquier faisait mouche et n'avait pas son pareil pour décimer les rangs adverses ! Sans mal, ils finirent par arriver à l'ascenseur, lequel était lui-même garni de troupes comptables qui ne tardèrent pas à ouvrir le feu une fois les portes ouvertes. Heh, une tactique rudimentaire et prévisible, il allait falloir plus que ça ! Ryuku attrapa le premier venu au couteau, tandis que Kagami en désarma un pour lui coller une grenade dégoupillée entre les pattes, ce qui eut pour effet de faire chialer de terreur la victime, avant de le repousser vers ses comparses restés dans l'ascenseur. Une fois la cage métallique nettoyée, ils avaient le champ libre pour progresser à travers les étages et débusquer le fameux Shamero, comptable en chef. Kasuki, lui, ne comprenant visiblement pas les enjeux, avait choisi de ne pas participer et de faire la gueule dans son coin, jugeant tout ceci un peu trop puéril pour un homme de sa stature. Heh, libre à lui, ça faisait plus de fun pour Ryuku et Kagami ! Durant la montée à travers les étages, Kagami s'attendait à ce qu'ils soient pris d'assaut durant l'ascension, avec un ascenseur stoppé pour laisser des assassins comptables s'introduire par la trappe d'accès d'urgence. Mais rien de tout ça : Ces types ne brillaient pas par leur esprit tactique ! Au lieu de ça, ils se cantonnaient encore et toujours à des stratégies vues et revues... Bordel, a-t-on même déjà vu plus cliché d'ailleurs ? Sans surprise, les types les attendaient et canardèrent l'intérieur de la cage d'ascenseur dès que les portes s'ouvrirent. Prévoyant le coup, les deux mages et la jeune femme étaient plaqués contre les parois métalliques et ne déboulèrent que lorsque les comptables fussent à court de munition. A cet instant, un nouveau déferlement de violence s'opéra : Ryuku tournait sur lui-même en usant de ses mitraillettes, tandis que Kagami s'occupait des ennemis lointains et hors de portée à l'aide d'un lance-grenade, chaque tir était ponctué d'un "Shpouh" sec. Il ne fallut que quelques secondes pour nettoyer l'endroit, permettant au groupe de se reposer momentanément et d'observer l'endroit où ils venaient d'arriver.

« Ma foi, ces types savent s'amuser, kéhé !... Attends, ça sent l'foutre là ? »

Si seulement ce n'était que ça... Plus que l'odeur de sperme à s'en faire gonfler les narines, il y avait cette masse de posters de femmes dénudées qui couvraient les murs, ces fonds d'écran hentai, ces figurines d'héroïnes manga qui remplaçaient les boites à stylo sur les bureaux et qui accompagnaient ce stock interminable de calculatrices, cette obscurité due aux volets fermés pour ne pas heurter la peau pâle des résidents. C'était probablement le genre d'endroit où aurait aimé vivre Ryuka de son vivant, avant de devenir un esclave zombard destiné à se faire déglinguer la gueule pour le fun... Ils furent coupés dans leur contemplation par un "pew" furtif, lequel mit immédiatement en alerte les deux mages, lesquels ne savaient pas qui avait été touché et d'où venait le tir. A la fois heureusement et malheureusement, c'est Fiona qui fut touchée, s'en suivit une scène mélodramatique ponctuée d'un baiser baveux. Wow, même au bord de la mort c'était une grosse chaudasse, juste wow ! Tandis que Ryuku se déchaînait sur le tireur embusqué, Kagami réalisa qu'ils n'avaient plus de guide, et qu'ils étaient maintenant seuls dans le territoire des comptables, incapables de se repérer jusqu'à l'endroit où se trouvait le boss... Inquiétude qui se dissipa rapidement lorsqu'il aperçut l'unique série d'escaliers qui pouvait leur permettre de progresser, laquelle se situait au fond de la salle, de l'autre côté de toutes ces rangées de bureaux. Seulement, quelque chose clochait... C'était trop calme. Prudemment, l'homme au masque commença à avancer avant qu'un tir ne lui effleure le masque.

« D'autres snipers ! L'endroit doit en être blindé, bordel ! J'espère que t'as l'estomac bien accroché mon p'tit Ryuku-chan, kéhé ! »

L'homme au masque mima le fait de s'armer de grenades. Mais pas n'importe lesquelles : Des grenades lacrymogènes ! Tandis qu'il en lançait à travers toute la salle, il mimait le bruit de la dispersion du gaz avec des "pshiiiiiiit". Guidé par la toux des comptables, il se basa sur l'ouïe pour les repérer et les rejoindre furtivement avant de leur briser la nuque en les prenant par surprise. De son côté, Ryuku usait de ses méthodes raffinées usuelles, ce qui eut pour effet de rapidement nettoyer la salle et de les faire arriver jusqu'à la série d'escaliers. Avant qu'ils ne l'empruntent, un comptable agonisant leur adressa un dernier avertissement.

« Vous croyez... Vous croyez pouvoir gagner ? Hahaha... Gah ! Vous n'êtes rien comparé au grand Shamero... Il est le Seigneur des Comptables ! L'homme le plus libre de tout le système capitaliste ! L'homme qui a conquis la route de tous les périls, Pôle Emploi ! Votre quête... Est vouée à l'échec... Arghh... »

Heh, ce Shamero ne devait pas être n'importe qui. Ce qui rendait l'issue de cette épreuve encore plus excitante ! Progressant à travers la série d'escaliers, Kagami ne savait pas à quoi s'attendre. Ce Seigneur des Comptables allait-il être à l'image de ses sous-fifres un Jérôme-bis ? Suite à leur progression, ils finirent par arriver dans un endroit étrange, à la fois grand et confiné, une impression contradictoire donnée par les grands rideaux mauves et opaques qui couvraient les fenêtres et les murs et par l'encens déployé dans toute la pièce. Mais surtout, il y avait toutes ces femmes dénudées qui étaient là, se délectant de leurs activités pas très licites sur les coussins omniprésents jonchant le sol de la grande salle. Tandis qu'ils progressaient au milieu de ce harem vraisemblablement composé de toutes les femmes comptables de l'entreprise, le trio finit par distinguer une silhouette au loin.

« Yare yare, vous voilà enfin ~ »


Aussitôt, Kagami fut comme intimidé par cette incroyable aura de confiance et d'expérience dans laquelle baignait l'homme qui venait de prononcer ces mots. Pas de doute, c'était lui... Shamero, le Seigneur des Comptables. Alors que le halo de lumière céleste se dissipait, on pouvait distinguer très clairement la pureté des gênes asiatiques du comptable, sa prestance et son charisme naturels malgré son mètre cinquante cinq de haut et le fait qu'il soit totalement imberbe, son chapeau de paille de clodo, son manteau de pirate cosplay visiblement acheté pas cher dans une brocante... En réalité, son charisme ne s'expliquait pas, c'était comme si il coulait simplement de source, qu'il était évident et qu'il ne pouvait s'expliquer pour des raisons pouvant être comprises et détaillées par le commun des mortels. Derrière lui, son poste de travail qu'il venait surement de quitter pour accueillir ses visiteurs. Sur la plaque lumineuse, on pouvait voir qu'il était en train de jouer à un jeu appelé la Ligue des Légendes, qu'il venait d'essuyer une lourde défaite et que ses coéquipiers l'accusaient d'avoir "feed", d'être un "fuckin noob" et menaçaient de le "report". Un dialecte étrange surement réservé à l'élite dont Shamero faisait partie.

« Vous devez être pas trop mauvais pour être arrivés jusqu'ici... Yare yare, on m'avait prévenu de votre arrivée, mais que qui aurait cru que je doive m'occuper de vous moi-même..? Yare yare. Permettez-moi de me présenter, je suis... »

« On sait qui t'es, kyaha ! Et ça va pas nous empêcher d'te botter le cul, Seigneur des Comptables ou pas, kéhé ! Bastoooon ! »

« Yare yare... Moi qui pensait pouvoir régler ça à l'amiable... Yare yare, vous ne serez pas trop de deux, croyez-moi. Yare yare. »

D'un geste ample et précis démontrant son expérience du combat, il dégaina ce qui semblait être un katana, avant de bondir avec la vivacité d'un fauve vers le duo, prêt à en découdre une bonne fois pour toute.




Dernière édition par Kagami le Mar 12 Avr - 19:26, édité 1 fois
http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2026-je-vais-t-eclater-le-crane-et-boire-ton-cerveau-a-la-paille-lvl-19-d-by-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2089-la-fiche-d-un-cannibale-givre-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/
Ice Breaker
Âge :
23
Messages :
176
Jewels :
107540
Date d'inscription :
22/09/2015

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Ice Breaker

Ven 15 Jan - 21:51




L’étage des comptables était ma foi très amusant, le combat contre cette bande de nerd me faisait rire à pleins poumons.
Au moment ou Kaga-nii lançait les grenades lacrymogènes, je mimais un mouchoir que je collais à mon nez, pour éviter de respirer les gaz.
Alors que la bande de nerds s’étoffaient, j’avançais vers eux, jetant couteaux et tirant au pistolet, avec des petits « pew pew » et « tchic », entendant les « argh » sortir de leurs bouches.

Alors que nous prenions l’unique cage d’escalier pour arriver à la salle du boss, un comptable nous sorti un petit spitch sur le grand Shamero, comme quoi ce dernier était le boss des boss, ayant même conquis le grand Pôle Emploi. Je n’avais aucune idée de ce que ceci signifiait, mais il ne devait pas puer le pâté, c’était sûr.

Une fois les escaliers finis, nous arrivions devant une grande porte, derrière elle, un bureau au décor bien plus nerd et asiat que le bas étage, des jeunes femmes aux courbes bavantes et dénudés sur des coussins, avant d’apercevoir cette silhouette
.
Cette dernière dégageait une aura de charisme de niveau cent, même si l’accoutrement devait sortir tout droit du magasin de costume bas prix du quartier, l’homme restait charismatique, même derrière ces origines aux yeux bridées et ce teint légèrement jaune.
Shamero, le roi des comptables, l’homme qui a conquis Pôle Emploi, je le pensais plus grand. Déjà que je n’étais pas spécialement grand, je devais faire pas loin de vingt centimètres de plus, je me sentais supérieur face à un autre homme pour une fois. Mais comme dit le proverbe : « Ce n’est pas la taille qui compte »

Après un petit dialogue entre lui et Kaga-nii, Shamero mimait un katana avant de se jeter vers nous. Faisant de même, un combat en deux versus un commençait de plus belle, il fallait dire qu’il savait le manier le katana le chef comptable, manquant plusieurs fois de nous raccourcir au niveau du cou.
Les femmes elles, s’étaient cachées dans un placard au fond de la pièce, dans un petit cri aussi viril que l’espion qui était avec nous.

Le combat au katana était plus une danse de la part du petit asiatique, ce dernier tournoyait dans tous les sens, bougeant avec son katana, avant de se positionner les mains en avant.

« C’est fini pour vous ! Voici ma technique la plus redoutable !
-Grand Shamero ! Pas cette technique ! Elle a été interdite depuis des siècles ! Pas le nombre pi !
-3,141 592 653 589 793 238 462 643 383 279 502 884 197 169 399 375 105 820… »


Plus les chiffres défilaient, plus ma tête commençait à tourner, posant un genou à terre, les chiffres étaient pour moi comme un poignard dans le dos. En tant que maître de guilde, je devrais faire face aux comptables pour les sousous, mais je préfère les laisser avec les autres, j’étais plus du genre à me dire que s'il y avait des sous, c’était cool, s'il n'y en avait pas, bah tant pis.

Dans un élan de courage, je pris un des coussins pour le jeter comme si je jetais un projectile, Shamero l’esquiva sans difficultés, mais il n'en était pas pareil de son ordinateur, qui se mangea la tour et tomba au sol, ce dernier ayant rendu l’âme dans un dernier grésillement.

« Non ! Pas mon intel i7 Octa Core 8 x 4,2 GHz, Water-Cooled , 64 Go ddr4 ram, 2 To ssd + 6 To hdd, BluRay & dvd ReWr, 4x NVIDIA GeForce GTX TITAN X - 4x 12 Go !!! »

Se tenant la tête, Shamero ne savait plus où il campait, il pleurait, courant avant de se mettre à genoux devant son ordinateur, avant de se précipiter à sa fenêtre et sauter par-dessus cette dernière sous nos regards plutôt surpris, avant d’entendre une sorte de voix off.

« Bravo, vous avez gagné contre les comptables »

Puis plus rien, tout le décor se volatilisa avant de nous ramener dans les interminables couloirs du labyrinthe, avant de reprendre notre course en évitant les pièges lambda. Nous étions arrivés à un stade ou nous les évitions sans même avoir à regarder, c’était devenu machinal pour nous. Nous avancions avant d’arriver à nouveau devant notre choix habituelle d’épreuves, ces dernières montraient une sorte de poire à lavement, une pioche pixélisé et une chèvre.

Après une petite réflexion, notre course allait en direction de la pioche. La routine était encore là, les petit pièges, et un portail, ce dernier étant ornée en pierre violette, un voile vert nous montrant qu’il était ouvert.
Pas le temps de réfléchir, je sautais directement dans ce dernier, tombant dans un espèce de couloir qui bougeait dans tous les sens avant d’arriver dans un étrange monde.

En effet, ce dernier était entièrement cubique et en pixel, je regardais mes bras qui étaient devenu de simples rectangles, et tout le reste était pareil, nous étions tombés dans une clairière ou la terre, les rochers, les arbres, et même les quelques poules et cochons qui marchaient là étaient entièrement cubiques et pixélisés. Je me retournai, avant d’apercevoir Kaga-nii et Kazuki, tout deux dans le thème de l’endroit ou nous étions tombé.

« Alors Kaga-nii, tu es malade ? Tu es tout cubique et je distingue à peine ton masque ah ah ! »

Ce monde était totalement délirant, et nous avions aucun indice sur ce que nous devrions faire. Que l’amusement commence pour cette nouvelle aventure.

créée par Matrona


Contenu sponsorisé


Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant