PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bonjour à toutes et à tous,
je vous annonce que Kalerya Entre Monde ouvre ses portes !
Je vous invite donc à nous rejoindre sur le forum à l'adresse suivante :
http://kalerya-entre-monde.forumactif.org/


Au plaisir de vous revoir mes lucioles d'amours ♥️

Destruction Préventive [ Mission feat Shaporo ]
avatar
Invité
Invité

Mar 6 Oct - 0:19

destruction préventive
  ft. loreleï & shaporo



Cela devait être journée tranquille en perceptive. Pas de mission en vue donc raison de plus pour glandouiller un peu dans la guilde. Loreleï était tranquillement en train de pioncer dans sa chambre. Ses soeurs n’étant pas là, elle n’avait rien trouvé de mieux à faire. Enfin si, elle avait mieux à faire, mais la paperasse sur les dégâts matériels qu’elle avait causée lors de sa précédente mission, s’était particulièrement chiant à remplir. Tout s’entassait sur le bureau de sa chambre. À chaque fois qu’elle passait devant, elle soupirait puis allait dormir sans rien toucher. De toute façon, Anya finirait par lui faire toute sa paperasse, car elle, elle savait user des bons mots, faire de belles phrases. D’y mettre les formes pour pas se faire engueuler, quoi !

Enroulé en boule dans sa couette, Loreleï fini par ouvrir les yeux à cause des rayons du soleil qui refléter dans l’eau. Elle poussa un grognement et cacha son visage avec sa couverture. Elle n’avait pas envie de bouger. Il faisait tellement bon dans son lit. La couverture était moelleuse. La température ambiante de la pièce convenait parfaitement la jeune femme alors pourquoi bouger pour faire quelque chose ? « GURDLEEEEEEEEEEEEEE » … Son ventre se mit à gargouiller de façon très peu élégante. Loreleï poussa un gémissement désespéré en tendant l’un de ses bras hors de sous la couette pour vérifier, s’il ne fait pas trop froid. Elle bougonna en entendant son ventre crier famine une nouvelle fois. Elle devait se lever pour remplir ce ventre insatiable, mais elle était si bien dans son lit. « GURDLEEEEEEEEEEEEEE » fit une seconde son ventre devenu impatient. Loreleï sortit sa tête de sous sa couverture et plissa les yeux à cause de la luminosité ambiante. Elle tourna la tête de gauche à droite pour vérifier si elle était bien seule.

« J’ai tellement faim… Pourquoi Calista est partie en mission ! J’veux a manger maintenant ! »

En voulant descendre de son lit pour allait manger un morceau dans la cuisine, Loreleî s'emmêla dans sa couette et tomba lourdement de son lit. Un couinement de douleur s’échappa de ses lèvres rosées. Elle tapa du pied devant son mécontentement puis finir par sortir de sa couette. La blanche se frotta les yeux et passa une main dans sa frange pour la remettre un peu comme il faut. Elle se mit sur les fesses puis regarda où se trouvaient ses vêtements et par la même occasion, ses sous-vêtements. Une fois les dites vêtement trouvaient du regard, Loreleï se leva difficilement de son séant. Avec une démarche non assurée, elle se dirigea vers la montagne de fringue juste à côté de sa porte. Elle prit sa petite culotte, son pantalon, sa chemise puis les enfila rapidement. « GURDLEEEEEEEEEEEEEE » chantonna encore et toujours son ventre.

« Ta gueule… On va bientôt manger… » Dit-elle en ouvrant la porte de sa chambre. « Faut que je prennes un douche après manger… »

Pieds nus, la tête dans le cul et ses longs cheveux blancs en batailles, Loreleï marchait tranquillement en direction de la cuisine de la section des Harusame. Certains membres qui étaient là, la regardaient bizarrement. Loreleï, tellement à l’ouest quand elle venait à peine de se lever, n’avait pas remarqué qu’elle avait la poitrine à l’air. À chacun de ses pas, cette dernière rebondissait un peu. Mais bon, elle était tellement dans les choux que cela ne la dérangeait pas plus que cela.

Une fois la porte de la cuisine en vue, le regard de Loreleï se mit à briller et son ventre à chanter de plus belle. Elle se mit à courir en direction de la porte puis fonça dedans et hurla joyeusement « A BOUFFER ! ». Pensant qu’elle serait seule pour s'empiffrer tranquillement, Loreleï fut très vite déçue quand elle vit du monde dans la cuisine. Elle baissa la tête à cause du regard qu’avait les quelques garçons présents dans la pièce puis elle se mit à rire bêtement. Ni vue, ni connue, elle reboutonna quelques boutons de sa chemise. Elle s'avança tranquillement vers l’un des frigos. Rien de lui faisait envie et puis elle n’avait pas envie de préparer quelque chose non plus. « GURDLEEEEEEEEEEEEEE » s’impatienta son ventre. Elle jeta un rapide coup d’œil sur ce qu’était en train de préparer l’une des personnes de la cuisine. Un steak. Un putain de gros steak bien juteux. Loreleï se mit à baver légèrement, ne pouvant plus quitter le steak des yeux.

« Nan, mais pas en rêve Loreleï ! Tu te fais à manger si tu as faim, mais ne viens pas piquer la nourriture des autres. »

« C’est ce qu’on va voir, mon gars… » Murmura-t-elle avec un petit sourire en coin. Par chance, un bruit suspect détourna l’intention de toutes les personnes présente dans la pièce, permettant à Loreleï de piquer toute la bouffe se trouvant dans les assiettes, mais surtout le bon gros steak. Lorsque les gens avaient fini de regarder ailleurs, leur réaction ne se fit pas attendre. « LORELEÏ » hurlèrent tous en voyant la porte se refermait.

La jeune femme courait comme une folle avec son morceau de steak dans la bouche. Avec tous ses poursuivants à ses trousses, Loreleï s’amusait comme une petite folle. Elle continua mangeait le morceau de steak tout en courant, pour bien emmerder celui qui l’avait cuit. Elle trouvait amusant de les voir gueuler après elle juste pour de la nourriture. Pourtant, ils savaient très bien qu’elle était du genre taquin depuis le temps qu’elle était dans la guilde. Elle les entendait s'époumoner juste pour un simple steak et quelques condiments. Franchement, ce n'était pas si grave que cela. Enfin pour elle en tout cas.

Loreleï tourna dans le premier couloir qu’elle trouva. Elle s’y engouffra pour s’y cacher et finir tranquillement son steak. Elle tourna rapidement la tête pour voir si personne de l’avait suivit et dans le feu de l’action pour reprendre un rythme de course correcte… Elle trébucha. Elle vit son morceau de steak s’envoler dans les airs et dans un élan de désespoir, elle tendit la main vers ce dernier pour l’attraper, mais sa course s’était finie contre quelqu’un. Loreleï tomba à la renverse avec la personne qu’elle avait percutée. Elle regarda son morceau de steak s’étaler sur le sol, sans faire plus attention à la personne qui était probablement en train de mourir étouffer sous sa poitrine.

« Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, ce délicieux morceau de steak ! Je ne l'avais pas fini ! Pourquoooooooooooooooooooiiiiiiii ? » Dit-elle en tendant la main vers sa bouffe.

Soudain, elle sentit que quelque chose se dandiner un peu sous elle. Elle vit une tignasse rouge dépassée un peu de sa poitrine, haussa un sourcil puis fini par prendre appuis sur ses bras pour voir de qui il s’agissait. Son expression, jusque-là, désespéré vis-à-vis de son steak changea en gêne très visible en voyant qui se trouvait sous elle.

« Sha-Shaporo ! »

(c) made by panic!attack


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2021-i-like-you-and-you-too-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2056-fiche-technique-de-shaporo-akuma http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2062-shaporo-s-heart
Maître d'Eternal Rain
Âge :
20
Messages :
178
Jewels :
65496
Date d'inscription :
02/02/2014

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Maître d'Eternal Rain

Mar 6 Oct - 20:53
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 

   

Finalement, j'aurais vraiment dû agir… Je m'étais dit que cela en valait pas la peine vu les faibles capacités du groupe. Ces guerriers ne pouvaient absolument rien nous faire sur le coup… De plus, ils n'étaient pas si nombreux. Une dizaine de personnes au maximum ? Peut-être même moins. En tout cas, c'était vraiment inoffensif et je ne pensais réellement pas que cela pouvait prendre de l'ampleur. C'était comme une fourmis face à un géant, l'insecte étant complètement insignifiant, ne pouvant absolument rien faire pour lui barrer la route ou même le faire chier. Cela restait au final pareil, qu'importe les entraînements que la fourmis pouvait avoir, ou qu'importe si elle était entrée dans une troupe de trente autres fourmis… Ces dernières ne pouvaient vraisemblablement pas défier le colosse. Seulement, je n'avais pas eu cette idée à l'époque. L'idée que ces petites choses retirent le bon fonctionnement du système de vie du titan en lui privant de biens vitaux.

C'était donc pareil avec ce certain groupe de combattants qui s'étaient opposés à nous, Eternal Rain. Ne pouvant rien faire, il s'en était allé plus loin. Je croyais vraiment que ces personnes avaient abandonné à l'idée de nous faire du mal, quel qu'en était les moyens. Cela dit, j'en étais venu à la conclusion beaucoup trop vite. Si ils ne pouvaient pas nous affronter directement par la force, ils pouvaient toujours couper nos trafics ou encore lancer d'étranges rumeurs sur nous, ce qui avait un mauvais effet pour notre but en tant que guilde noire, encore considérée comme étant neutre.

En outre, avec tout ça, je semblais comme quelqu'un d'incompétent. C'était un peu le cas, mais que tout le monde le sache n'était pas nécessaire. Cela pouvait carrément nuire à la guilde. Je devais garder un statut respectable en tant que maître de la guilde, du moins niveau professionnalisme du métier. Même si on savait tous que je débutais, il fallait leur faire croire que j'étais un génie ayant hérité des traits de mon père pour la direction d'une guilde. Dans le cas contraire, des éléments perturbants pourraient survenir bien plus souvent dans mes prévisions pour l'ascension de notre guilde.

Déjà que ma réputation en général n'était pas des meilleures, je ne pouvais donc pas laisser passer cela. Le groupe de mécréant allait périr. En vérité, ça m'amuserait aussi de les voir grandir un peu plus pour que l'on teste nos capacités pour la guerre contre eux, mais cette affiche de mission m'en dissuada. Je devais agir maintenant. Quelqu'un de la guilde, ou un allié extérieur, commençait à tant craindre cette faible association qu'il en avait posté une mission, avec une récompense à la clé. Bon, elle n'était pas réellement élevée, mais c'était surtout le fait que la mission existait en lui-même qui me gênait. Si je laissais traîner cela, on finirait par ne plus avoir confiance en mes dires, et nombreux seront ceux qui quitteraient Eternal pour leurs propres profits.

Donc, je devais prendre mes responsabilités, travailler un peu pour une fois. Je bossais vraiment trop depuis que je suis à la tête de cette guilde. Je commençai presque à regretter cette vie peinard que j'avais en tant que simple membre des Harusame… Tiens, en parlant de ça, ça me rappelait quelqu'un. Peut-être que… Oui. Éliminer une bande entière de mages plutôt qualifiés pourrait probablement me causer plus de problèmes si je partais seul. A deux, c'était parfait. Cela était amplement suffisant, on n'avait pas besoin d'être une tonne pour des mécréants qui s'attaquent à nos dealers ou à nos clients.

En vérité, j'avais déjà mon partenaire pour cette mission. De plus, ça m'arrangeait aussi que l'on soit seuls, tous les deux. Cela me donnerait une chance supplémentaire pour capturer une proie que je chasse depuis quelques temps. Mais bon, en même temps, elle restait une très chère amie. Cela dit, je n'aimais pas la qualifier comme étant ma meilleure amie, même si c'était pratiquement le cas. J'avais l'impression que ce terme l'enlèverait de ma liste de cibles et de femmes potentielles.

La connaissant, ça lui fera plaisir. Mais la question que je me pose est plus… Vais-je réussir à le faire aujourd'hui ? On verra bien. Cela fait un petit moment que je ne l'avais pas revu, mais elle ne devait pas avoir changé tant que ça. J'avais donc encore toutes mes chances. M'enfin bon, il fallait que j'arrête de penser à ça moi. On était quand même dans un cas assez grave. Si cela perdurait, des rébellions pourraient survenir ici et là… Il fallait que je sois un minimum sérieux tout de même… Bon, c'était trop dur à ce moment, je l'accorde.

Me dirigeant alors là où la chère Loreleï avait l'habitude de zoner et de flemmarder, je remarquais les quelques changements du quartier Harusame depuis mon départ. C'était un peu nostalgique. Même si cela ne faisait que quelques mois, et encore j'exagère un peu, je sentais avoir passé une éternité sans poser les pieds à cet endroit. Sans attirer la moindre attention, je continuais de marcher paisiblement dans ces lieux, jusqu'à me retrouver par terre, quelque chose de mou me bloquant la respiration.

Gigotant un peu, j'avais fini par discerner, ou plutôt reconnaître qui était sur moi, et qu'est-ce qui était sur mon visage. Ils s'étaient un peu développés depuis la dernière fois ? Nan… On parle de Lore-chi quand même… M'enfin, je dois avouer que malgré le manque d'air, c'était plutôt agréable. Mais en vrai, je ne l'aurais pas cru comme ça. Elle avait vraiment changé, en fait. Ou alors, je lui avais tant manqué ? Je me souvenais pas qu'elle me portait autant dans son cœur… Tiens, je pouvais enfin respirer convenablement. J'observais alors son doux visage qui n'avait, lui, pas changé. Toujours aussi mignonne celle-là, surtout quand elle rougit.

Je lui adressais un tendre sourire en basculant très légèrement ma tête de côté et en activant mon pouvoir afin de lui susurrer à l'oreille.

« Si téméraire Sweety, je ne te reconnais plus. Mais si tu veux, on peut continuer dans une place un peu moins public… ? »

C'était vraiment simple de la taquiner, c'était chou. Franchement, il est vrai que cela ne m'aurait pas dérangé de le faire réellement, mais la situation ne me le permettait pas. A la fin de la journée, au mieux, sinon tant pis. En tout cas, elle s'était relevée pour que je puisse faire de même. Suite à cela, je passai doucement ma main droite sur sa joue gauche, puis vint à lui remettre une mèche un peu rebelle dans l'état qu'elle devrait être normalement. Toujours avec ma magie, je continuais de lui parler.

« Justement, je te cherchais. Je voulais te demander de sortir avec moi pour la journée. »

J'étais toujours avec ce mystérieux sourire, mais j'arborais un trait de visage spécial qui rendait bien avec la situation. Ce n'était pas du sérieux, mais plus du… Une fausse sorte de mini-gêne sérieuse. Je laissais alors sortir un petit rire étouffé par un soupire, puis m'étirais les bras.

« Allons faire une mission rien que tous les deux. Comme dans le temps, soit ma partenaire. »

Je n'avais pas tant d'informations que cela concernant celle-là, mais je pouvais lui dire les grandes lignes. En premier temps, le sujet qui allait l'intéresser, mais aussi ce qu'il fallait faire en premier lieu. On devait rencontrer l'un de nos informateurs vers la forêt perdue, pour qu'il nous renseigne un peu plus.

« Ne t'inquiète pas, ce sera excitant. Tu pourras te défouler comme tu aimes le faire. Il y a un tas de types à faire taire, à battre, à tuer… ? Peut-être pas jusque là, mais on doit détruire un certain groupe qui s'oppose à nous. D'abord, il nous faudra des informations qu'on pourra récupérer à l'entrée de la forêt perdue de Foreslate. »

Je marchais alors lentement pour me rapprocher d'elle, et pour finir par placer mon visage à seulement quelques centimètres du sien.

« T'es avec moi, Sweety ? »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Invité
Invité

Mer 14 Oct - 18:15

destruction préventive
  ft. loreleï & shaporo



« Pourquoi il a fallu que je tombe sur Shaporo ?! Et surtout de cette façon… J’ai l’air de quoi maintenant ? »

Loreleï avait le chic pour se mettre dans des situations pas possibles, or là, c’était vraiment le pompon. La blanche aimait beaucoup Shaporo. Elle le considéra comme son meilleur ami, mais de là, lui sauter au cou dans une tenue très clairement négliger et lui bloquer la tête contre ses boobs… Franchement, je ne sais pas si elle en était réellement capable… Euh en fait si, mais cette situation n'était juste pas faite exprès. Par contre, lui, cela ne semblait pas le gêner dans cette position. À tel point qu’il lui proposa d’aller jouer dans un coin plus intime. Bon, c’est vrai que Loreleï n’avait rien à envier par rapport à d’autre fille. Une jolie poitrine, des courbes agréables à regarder. Puis Shaporo n’était pas le seul à lui faire ce genre de demande. Elle se mit à rire un peu bêtement, tout en ayant les joues aussi rouges que son pantalon. Loreleï avait envie de lui pincer les joues et lui demander d’arrêter avec ce genre d’idées pas très correctes pour un maître de guilde. Elle se contente juste de rouler les yeux, puis de se remettre debout. Elle tend sa main pour l’aider à se relever.

« Tiens ! Il me parait un peu plus grand qu’avant. » s’étonna la blanche en le regardant rapidement de la tête aux pieds. Cela faisait combien de temps qu’elle ne l’avait pas revue ? 1 mois ou peut-être même deux. Elle ne savait plus trop. Depuis qu’il était devenu maître de la guilde et elle, seconde de la branche Harusame, ils n’avaient clairement plus le temps de passer du temps ensemble. Et cela lui manquait un peu. Tout doucement, Shaporo passa une main sur l’une de ses joues pour finir par remettre correctement une des mèches blanches qui jouait les rebelles. Beaucoup de jeunes filles auraient espéré recevoir un baiser suite à cela. Alors que Loreleï n’y voyait qu’une amicale marque d’affection. Après beaucoup de personnes trouvaient leur relation quelque peu étrange.

Soudain, la voix de Shaporo raisonna de nouveau doucement et tranquillement aux oreilles de Loreleï. Elle écouta tranquillement. Elle semblait y être habituée à cette façon qu’avait Shaporo, de communiquer avec les autres. Même si parfois, quand il se prenait l’idée de passer par son esprit, c’était un peu plus perturbant. Cependant, ce que lui avait dit Shaporo, l’intrigua un peu.

« Sortir avec moi ? » Demanda-t-elle en signant et tout en parlant normalement en même temps. « Si c’est pour que tu essayes encore de me dra… »

Shaporo poussa un léger rire étouffé qui coupa Loreleï dans ce qu’elle voulait dire. En fait, ce qu’il souhaitait, c’était d’aller en mission avec elle, comme à l’époque où il faisait encore partie des Harusame. La réaction de la demoiselle, ne se fit pas attendre. Un large sourire s’était étiré sur son visage. Elle semblait vraiment contente. Et puis de cette façon, elle n’aurait pas à s’occuper des papiers qui traînaient dans sa chambre.

« Ne t'inquiète pas, ce sera excitant. Tu pourras te défouler comme tu aimes le faire. Il y a un tas de types à faire taire, à battre, à tuer… ? Peut-être pas jusque là, mais on doit détruire un certain groupe qui s'oppose à nous. D'abord, il nous faudra des informations qu'on pourra récupérer à l'entrée de la forêt perdue de Foreslate. »

« Génial ! J’vais enfin pouvoir me défouler un peu. Mais pourquoi, on doit aller chercher nous-même des infos ? Les Akisames n'ont pas eu le temps de s’en occuper ? M’enfin, j’vais faire un effort et pas foutre le bordel pour avoir ces informations importantes. »

Loreleï se mit à rire légèrement puis regarda Shaporo qui s’approcha un peu trop près d’elle. Elle le laissa faire sans aucune gêne.

« T'es avec moi, Sweety ? »

Son sourire carnassier et plein de détermination prit la place du sourire amusé qu’elle avait précédemment. Bien sûr qu’elle était avec lui pour cette mission, son sourire en était la preuve. Avoir le privilège d’aller en mission avec le maître de la guilde, ce n'était pas donné à tout le monde. Loreleï approcha ses lèvres de celles Shaporo comme pour l’embrasser, mais rapidement et pour l’embêter, elle déposer un bisou sur sa joue. Elle lui tira la langue puis se glissa derrière lui. Elle s’approcha de son morceau de steak qui était au sol. Elle se baissa et le mit ensuite dans sa bouche après l’avoir ramassé. Ses joues empourprèrent devant l’agréable goût de ce steak. Puis soudain, elle se souvint de quelque chose. Elle se redressa et fit de nouveau face à Shaporo. Assez rapidement, elle se mit à signer les paroles suivantes.

« Je vais aller me changer pour avoir une tenue plus adéquate pour cette mission. Donc, on se retrouve à l’entrée de la guilde ? À moins que tu veuilles m’accompagner dans ma chambre ? » Dit-elle en tirant la langue. « Sinon, si tu croises des garçons qui sont à ma recherche à propos de bouffe volé, tu leur dis que tu ne m'as pas vu. Ok ? »

Loreleï tourna par la suite les talons pour aller en direction de sa chambre. Elle savait que Shaporo était en train de la regarder partir. Cela faisait très longtemps qu’il avait envie de passer un peu plus de bon temps avec elle. La blanche se retourna rapidement, et lui dit en souriant malicieusement :

« Si tu es sage, j’accepterai peut-être qui tu viennes prendre un bain avec moi, ce soir après la mission ~ »

Puis elle s’en alla pour de bon.

(c) made by panic!attack


http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2021-i-like-you-and-you-too-shaporo http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2056-fiche-technique-de-shaporo-akuma http://fairytail-rebellion.lebonforum.com/t2062-shaporo-s-heart
Maître d'Eternal Rain
Âge :
20
Messages :
178
Jewels :
65496
Date d'inscription :
02/02/2014

Carte d'identité
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
avatar
Maître d'Eternal Rain

Ven 16 Oct - 19:55
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 

   

Loreleï Ignis Crownguard. En vérité, elle n'avait vraiment pas changé. Même si chacun de nous deux avaient pu monter en grade, nos caractères restèrent les mêmes qu'auparavant. Je pouvais le sentir via son sourire qui me faisait toujours frissonner. Au final, j'avais dit que je ne la reconnaissais plus, mais cette maladresse faisait bien partie entière de la miss. Non, en vérité, si quelqu'un avait changé, c'était plutôt moi. Hors mon état habituel, j'avais ce côté sérieux que je n'avais jamais emprunté auparavant. Jamais. Devenir maître de la guilde avait dû me secouer un peu, même si je me persuadais du contraire. Inconsciemment, j'avais dû intégré une grosse part de responsabilité en moi, et enfin, l'adapter à mon caractère. De plus, je m'étais un peu calmé avec les récents événements. Bien que j'essayais de ne pas y penser, tout était gardé dans un coin de mon esprit.

En effet, je ne pouvais effacer ces pensées qui revenaient quand le moment était mal choisi. Où était donc mon père ? Qu'était-il en train de manigancer ? Pourquoi est-ce que tout me semblait si étranger ? Pourquoi avais-je constamment ce sentiment mystérieux, celui qu'un homme relativement puissant me surveille ? Pourquoi donc je ne pouvais pas oublier ces questions qui me torturaient l'esprit ? Pourquoi les mots de cette demoiselle, au bar lorsque je concluais le pacte avec le chasseur de prime, restaient ancrés en moi ? Pourquoi donc je ressentais le fait que je suis égoïste, alors que je ne l'avais jamais auparavant ? Pourquoi avais-je envie de vérifier si j'avais vraiment une fille ? Pourquoi avais-je envie de voir son visage… ?

Je me repris, avant que l'afflux de questions s'emparent de mon être. Je ne l'avais même pas remarqué, mais Sweety semblait vraiment s'être attachée à moi depuis le temps. D'un côté, je me remettais moi-même en question. J'étais presque désolé pour elle, pour ce que j'avais pu lui faire égoïstement. Cependant, ce sentiment partit assez vite. « J'étais un génie, j'en avais le droit après tout. » Voilà ce que j'en pensais au final. Suite au baiser de la dame, même si une brève pensée de comme quoi je ne méritais pas une telle amitié subsistait, j'en vins à me ressaisir encore une fois.

C'était toujours comme ça. A chaque fois que j'étais dans ce genre de tourments, j'avais envie de changer. Je me rappelais des enseignements de ma mère, de ce que j'avais pu vivre, de tout… Mais dès la journée passée, et même parfois dès la minute d'après, j'étais de nouveau moi-même. J'étais vraiment coincé au milieu de la balance… Continuer, ou alors… Changer complètement de projet… ? J'en avais eu marre. Je ne voulais plus penser travail. Je ne voulais plus penser destinée. Si j'étais venu, c'était pour profiter de la journée avec Loreleï. J'étais là pour m'amuser. D'ailleurs, suite à son tirage de langue, je m'efforçai de faire un petit sourire, tout en faisant attention de bien cacher cet aspect de forçage. Je ne voulais pas qu'elle se pose des questions. Je n'étais pas là pour ça.

Lore-chi était toujours la même… Pouvoir manger un steak qui avait refroidi au sol, sans la moindre gêne… C'était toujours la même. J'avais bel et bien changé, après tout… Me grattant l'arrière du crâne pour oublier ces pensées un peu sombres, je ris légèrement suite à sa première proposition. Aller dans sa chambre, il n'y avait pas meilleure invitation au monde. Même si elle plaisantait, du moins j'en étais sûr mais bon, j'allais prendre cela aux mots. Ce n'était pas tout le temps que j'étais invité dans la chambre d'une demoiselle. C'était plutôt le contraire habituellement, du coup, il fallait que je varie un peu.

Prendre un bain avec elle ? Depuis quand elle avait des idées aussi merveilleuses, elle ? Elle était loin de la pure jeune fille que j'imaginais en l'embarquant ici… Ou elle avait changé en venant chez Eternal Rain ? Après tout, moi aussi j'avais changé en rejoignant la guilde, ou plutôt on m'avait forcé à le faire via des formations assez ardues… Bref ! Pour sûr que j'allais accepter cette proposition aussi ! Après tant d'efforts pour tenter de terminer cette chasse, j'allais peut-être enfin pouvoir le faire.

Quoi qu'il en soit, Lore-chi avait déjà disparu. J'étais si concentré sur les mots qui sortirent de ses lèvres que je n'avais pas remarqué qu'elle était partie. Soupirant faiblement, tout en souriant, je me mis à marcher calmement en direction de sa chambre. Comme elle l'avait dit, j'avais effectivement croisé quelques personnes qui recherchaient une petite garce aux cheveux argentées qui dérobait leurs nourritures bénites. Sur le coup, j'avais envie de m'amuser un peu, histoire d'oublier tout ce mal de la journée, une bonne fois pour toute.

« Eh bien, il est vrai que j'ai rencontré une personne concordant avec cette description… Je crois bien qu'elle prenait une douche extrêmement sensuelle, d'une élégance incontestable, là-bas. »

Avec une direction très peu précise, j'étais sûr que ces types allaient en avoir pour un petit moment. Je ne savais même pas si ils allaient continuer à la chercher après cela en fait. En tout cas, même en ayant pris un peu de retard, j'avais pu arrivé à temps pour le spectacle. En entrant discrètement chez elle, j'avais pu admirer quelque peu son magnifique corps. Avec ça, j'étais plutôt heureux, mais d'un côté, j'avais perdu mon état de carnivore. Je me contentais alors de l'attendre, là, à l'entrée, sans dire un mot, sans faire un bruit.

Revoir son corps quasi-dévêtu me rappela vaguement le passé. Oui, encore le passé. C'était un peu ma période en ces moments là, comme si j'avais mes règles – sauf que cela ne me rendait pas agressif, mais plutôt le contraire. Une fois que je la vis en face de moi, habillée évidemment, la première chose qui me vint à l'esprit était ces quelques mots.

« Comment vont tes sœurs ? Je ne les aie pas revu depuis très longtemps… »

Un petit sourire se dessina sur mon visage mélancolique. C'est vrai que j'avais un tas de choses à faire, mais j'aurais pu prendre le temps de les revoir, au moins une fois. Toutefois, je ne l'avais pas fait. Je ne l'avais pas fait, et je ne pouvais plus le faire aussi facilement. Être maître de la guilde avait plus d’inconvénients que d'avantages… Mais je ne m'en plaignais pas, je ne pouvais pas. Je ne voulais pas. Je ne devais pas. C'était moi qui avait choisi cette voie, je devais assumer mes actes.

« Quoi qu'il en soit, on pourra en parler en attendant quelqu'un que j'ai appelé au préalable pour qu'il nous envoie près d'où on souhaite aller. Allons d'abord au point de rencontre. »

Je sortis alors de la pièce en premier, puis traçais droit vers la sortie de la guilde, là où était censé arriver notre téléporteur. En parlant de cela, il fallait que je pense à intégrer un artefact ou un système permettant de nous rendre à certains endroits précis dans tout le monde. Faire appel à un téléporteur à chaque fois que l'on voulait bouger quelque part, ce n'était pas vraiment top. Pour ces systèmes, je n'avais pas encore idée de comment faire, mais j'allais y réfléchir plus tard. J'avais besoin de rattraper ces deux mois en parlant un peu à Loreleï. Une fois à l'entrée de la guilde, sur la côte, je me tournais de nouveau vers la miss.

« En tout cas, je suis heureux d'avoir trouvé du temps pour toi. Tu m'as manquée. »





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1